Accédez à l'intranet
Connect with Google
Ou

Si vous n'avez pas de compte Mail LuxDev




J'ai oublié mon mot de passe

Aide

MLI/803
Relance de l’économie locale et d’appui aux collectivités – Phase II (RELAC II)

Information

Ce projet est clôturé depuis le 30.11.2019.

Pays
Mali
Bureau pays de LuxDev
Bureau Mali

Secteur
Développement local

Période d'exécution
Septembre 2016 - Novembre 2019
Durée totale
38 mois

Budget total
10 000 000 EUR
Répartition des contributions
  • Gouvernement luxembourgeois
    0 EUR
  • Contribution de l’UE
    10 000 000 EUR

Videos

  • MALI - Association des pêcheurs de BOURRA (HERBA)

    MALI - Relance des activités de pêche avec l'appui du projet "Relance de l'économie locale et appui aux collectivités - RELAC II" financé par l'Union européenne et mis en oeuvre par LuxDev

  • MALI - Projet de fabrication d'aliments bétail dans la commune de Taboye

    MALI - Projet de fabrication d'aliments bétail dans la commune de Taboye avec l'appui du projet "Relance de l'économie locale et appui aux collectivités - RELAC II" financé par l'Union européenne et mis en oeuvre par LuxDev

  • MALI - Rencontre avec le Maire de Tessit à propos des activités du projet RELAC II

    MALI - Rencontre avec le Maire de Tessit à propos des activités du projet "Relance de l’économie locale et appui aux collectivités - RELAC II" financé par l'Union européenne et mis en oeuvre par LuxDev

  • Projet de fabrication de Savon JONGOYE

    MALI - Projet de fabrication de Savon à Wabaria avec l'appui du projet "Relance de l'économie locale et appui aux collectivités - RELAC II" financé par l'Union européenne et mis en oeuvre par LuxDev

  • MALI - Relance de l’économie locale et d’appui aux collectivités – Phase II (RELAC II)

    A cause de la crise sécuritaire qui affecte le nord du Mali, l’amélioration de la cohésion sociale et le renforcement de la gouvernance locale sont indispensables pour prévenir des nouveaux conflits. Cela passe par la Relance Economique Locale et l’Appui aux Collectivités (RELAC), un projet mis en œuvre par Lux-Dev et financé par l’UE, qui a permis aux communautés et aux Communes de Tombouctou et Gao de développer l’économie locale, offrir des opportunités d’emploi et permettre aux collectivités territoriales d’assurer le bon fonctionnement des services sociaux de base (écoles, centres de santé, points d’eau).

  • MALI - Activités du RELAC II dans la Commune de Kirchamba

    MALI - Activités du RELAC II dans la Commune de Kirchamba

  • MALI - Centre artisanal Hamabangou Tombouctou (RELAC II)

    MALI - Centre artisanal Hamabangou Tombouctou (RELAC II)

  • MALI - Embouche ovine à Tombouctou (RELAC II)

    MALI - Embouche ovine à Tombouctou (RELAC II)

  • MALI - Entretien avec le Maire et les autorités de Tombouctou (RELAC II)

    MALI - Entretien avec le Maire et les autorités de Tombouctou (RELAC II)

  • MALI - Périmètre irrigué de la coopérative de Kirchamba (RELAC II)

    MALI - Périmètre irrigué de la coopérative de Kirchamba (RELAC II)

  • MALI - Périmètre maraicher de la coopérative de Tarabangou (RELAC II)

    MALI - Périmètre maraicher de la coopérative de Tarabangou (RELAC II)

Documentation

Évaluation intermédiaire

Évaluation finale

Le projet Relance de l’économie locale et d’appui aux collectivités II (RELAC II) intervient dans 30 communes des régions de Gao, Tombouctou, Menaka et Taoudéni, au Nord du Mali, fragilisées par un conflit et l’occupation par des groupes armés en 2012 et 2013.

Le projet RELAC II a pour objectif général de poursuivre la stabilisation de zones post-conflit ciblées en accompagnant la relance de l’économie locale et l’amélioration des services rendus par les collectivités. Pour contribuer à cet objectif général, le projet distingue deux objectifs spécifiques.

  • objectif spécifique 1 : l’économie locale est relancée.

Cet objectif est visé à travers un volet d’appui à des projets économiques contribuant à la relance du tissu économique local. Les projets économiques sont sélectionnés localement suite à des diagnostics impliquant les autorités et les populations, avec des critères prenant en compte la viabilité des projets et leur impact social.

  • objectif spécifique 2 : les collectivités accompagnées sont en mesure de mieux remplir leurs missions au service des populations.

Cet objectif est visé à travers deux volets d’actions :

  • un complément d’appui matériel (équipement ou réparations de bâtiments) après identification des besoins restants ; et
  • un accompagnement des autorités locales dans l’exercice de leurs missions. Cet accompagnement implique les services de l’État. Il intègre la mise en place d’une réflexion locale sur les missions de l’administration, le lien entre administrations et populations dans les régions du Nord concernées, et les manières d’améliorer les services rendus aux populations.

Les résultats identifiés en vue de l’atteinte de ces objectives visent à :

  • appuyer des projets économiques locaux ;
  • combler les besoins matériels des collectivités les plus urgents pour leurs missions vers les populations ;
  • appuyer les collectivités dans l’exercice de leurs missions en faveur des populations.

Dans le cadre de l’objectif spécifique 1, le projet vise un appui direct à au moins 2 400 ménages à travers le soutien à leurs projets économiques, avec 120 projets dans les 30 communes d’intervention.

Dans le cadre de l’objectif spécifique 2, le projet appuie les 30 communes dans l’amélioration de leurs services rendus aux populations.

Le projet RELAC II s’appuie sur une démarche de diagnostics participatifs dans chaque commune cible, permettant d’établir un dialogue avec les communautés et les autorités locales et de co-construire les actions les plus pertinentes dans le contexte de chaque commune

Communes d’intervention :

  • région de Gao : communes de Gounzoureye, Anchawadji, Sony Aliber, Gabero et Gao pour le cercle de Gao ; communes de Bourra, Bara, Ouattagouna, Tessit et Ansongo pour le cercle d’Ansongo et commune de Taboye pour le cercle de Bourem ;
  • région de Menaka : commune de Menaka.
  • région de Tombouctou : communes de Tindirma, Tienkour, Arham, Kirchamba et Tingueriguef pour le cercle de Diré; communes de Alafia, Lafia , Ber , Tombouctou et Bourem Inaly pour le cercle de Tombouctou, communes de Hanzakoma et Rarhous pour le cercle de Gourna-Rarhous, et communes de Goundam, Douékiré et Doukouria pour le cercle de Goundam ;
  • région de Taoudenit : commune de Agouni. 

 

Dernières nouvelles

  • MALI - Le bilan très positif du projet RELACII salué par les représentants des bénéficiaires

    Publié le 1 Octobre 2019    Par MLI/803   FR

    Backdrop_visual_MLI803_vFp_04.jpg

    Le 26 septembre 2019 s’est tenu à Bamako le dernier comité de pilotage du projet « Relance de l’économie locale et appui aux collectivités dans le nord du Mali (RELACII) », à l’issue duquel a eu lieu la cérémonie de clôture du projet en présence de hauts représentants des Ministères impliqués, de la Délégation de l’Union Européenne au Mali et de nombreux partenaires techniques et financiers.  

    RELACII_20190926_145501.jpg

    Durant 3 ans, ce projet est intervenu dans 30 communes des régions de Gao, Tombouctou, Ménaka et Taoudéni dans le nord du Mali afin de poursuivre la stabilisation des zones post-conflit ciblées.

    Grâce à l’accompagnement de la relance de l’économie locale et de l’amélioration des services rendus par les collectivités, le programme a pu atteindre des résultats conséquents :

    • 98 associations et coopératives ont bénéficié de projets économiques impliquant plus de 7000 ménages, principalement dans les domaines de la riziculture, de l'élevage, du maraîchage et de l’artisanat ;
    • 209 infrastructures socio-collectives (centres de santé communautaires, écoles, points d’eau, mairies, etc.)  ont été réhabilitées ;
    • 296 services sociaux de base ont été équipés dans les 30 communes d’intervention ; et 
    •  plus de 1700 élus et agents communaux ont été formés afin d‘améliorer leurs compétences en vue  d’améliorer la qualité des services fournis aux populations et de prévenir de nouveaux conflits.

    Lors du dernier comité de pilotage, les deux chargés d'affaires des gouvernorats de Tombouctou et Gao n’ont pas tari d'éloges au sujet du projet:

    " Le projet RELAC II a permis la restauration de l'autorité de l'Etat, à travers le respect des normes et dispositifs en vigueur lors de l'identification, la sélection et la validation des actions à entreprendre et en assurant la communication permanente avec les autorités régionales et locales"

    La cérémonie de clôture du projet RELAC II a porté sur la capitalisation, jugée très positivement et les leçons à tirer. Les représentants des bénéficiaires ont d’ailleurs apporté des témoignages de satisfaction quant à la qualité et à l’importance des activités réalisées sur le terrain dans les différentes régions.

    RELACII_20190926_145732.jpg

    Cette cérémonie de clôture n’a cependant pas marqué la fin des efforts de stabilisation des régions du nord du Mali puisqu’elle a servi de tremplin pour annoncer le renouvellement de l’engagement de l’Union européenne à poursuivre, au travers de LuxDev, les efforts dans les régions de Tombouctou et Gao, grâce au nouveau projet « Appui au développement économique local et à la prévention des conflits (ADEL) ».

     

    Le projet RELACII a été financé par l’UE à travers le « Fonds Fiduciaire d’urgence de l’Union européenne en faveur de la stabilité et de la lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et des personnes déplacées en Afrique » à hauteur de 10 millions d’euros, soit 6,5 milliards de FCFA, et exécuté par LuxDev, l’Agence luxembourgeoise pour la coopération au développement.

  • MALI - Histoires quotidiennes dans la région de GaoLa tannerie et le maraîchage dans deux communes nomades de la région de Gao (projet RELAC II, décembre 2018)

    Publié le 17 Décembre 2018    Par ​Ouroubé Maxime DAKOUO   FR

    À Djebock (commune d’Anchawady), comme à Tidjerwelene (commune de Tilemsi), dans la région de Gao, les femmes participent activement à l’économie locale et, plus généralement, à la vie de leurs communes.

    Elles participent notamment à la reconstruction post-conflit de leurs localités respectives à travers des activités de tannerie et de maraîchage. Là où les autorités communales et administratives ont délocalisé leurs activités (les deux mairies sont délocalisées au niveau du Conseil de Cercle de Gao), les femmes sont restées sur place et mènent des activités productives à travers lesquelles elles contribuent activement à la relance de l’économie et à la promotion de la paix et de la sécurité.

    La tannerie : À Djebock, les femmes de l’association Tihoussaye ont bénéficié de la mise à disposition d’un magasin avec hangar de négoce, d'équipements et d'intrants ainsi que d’une formation sur les techniques modernes de tannerie et de fabrication de tentes en peaux de bêtes. Aujourd’hui, ces femmes se retrouvent autour de leur magasin pour fabriquer des ornements, des coussins et des tapis. Cette activité, qui permet à ces femmes de se procurer un revenu, est aussi lieu de regroupement quotidien et de causerie.

    Photo_MP_tannerie_Djebock.jpg

    Le maraîchage: À Tidjerwelene, l’insécurité est venue aggraver l’approvisionnement en produits maraîchers sur ce site déjà enclavé. Les femmes de ce site, regroupées au sein de l’association Tinfa, ont bénéficié de matériel aratoire, de semences, d’un point d’eau et d’une formation sur les techniques modernes des cultures maraîchères. Avant même que le projet ne réalise la clôture grillagée, les femmes ont débuté les activités de maraîchage. Elles ont déjà produit des tomates, des aubergines, des oignons, du chou et de la laitue, ce qui a beaucoup contribué à l’amélioration de la nutrition des ménages. Les regroupements sur le périmètre maraîcher constituent un moment d’échange convivial entre les membres de la communauté et contribuent à la cohésion sociale. Le fait que ces femmes soient bien organisées et présentes sur le site leur a permis d’être impliquées par la Mairie dans plusieurs cadres d’échanges touchant à la vie des femmes.

    Photo_32_site_de_maraichage_de_Asso_Tinfa_de_Tdjeriwene_Tilemsi_petit.jpg

    Le projet Relance de l’économie locale et d’appui aux collectivités II (RELAC II) intervient au Nord du Mali, dans 30 communes des régions de Gao, Tombouctou, Menaka et Taoudéni, toutes fragilisées par un conflit et par l’occupation par des groupes armés en 2012 et 2013. Le projet RELAC II a pour objectif général de poursuivre la stabilisation de zones post-conflit ciblées en accompagnant la relance de l’économie locale et l’amélioration des services rendus par les collectivités. Le projet RELAC II s’appuie sur une démarche de diagnostics participatifs dans chaque commune cible, permettant d’établir un dialogue avec les communautés et les autorités locales et de co-construire les actions les plus pertinentes dans le contexte de chaque commune.

  • Tenue de la 1ère session du Comité de pilotage du projet de Relance de l’Economie locale et d’Appui aux Collectivités dans le Nord du Mali (RELAC II) financé par le Fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique de l’Union européenne et mis en œuvre par l’Agence luxembourgeoise pour la Coopération au Développement, LuxDev

    Publié le 16 Février 2017    Par Coudy DIA   FR

    Le projet « Relance de l’Economie locale et Appui aux Collectivités dans le Nord du Mali (RELAC II) », d’un montant de 10 millions d’Euros, est financé par l’Union européenne à travers le Fonds fiduciaire d’urgence en faveur de la stabilité et de la lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et des personnes déplacées en Afrique et est exécuté par LuxDev.

    Le RELAC II est entré dans sa phase de démarrage le 29 septembre 2016 avec la signature de la Convention de délégation entre l’Union européenne et LuxDev. Il est prévu pour une durée de 36 mois et couvre 30 communes dans les régions de Gao, Tombouctou, Ménaka et Taoudéni dont 12 communes où les activités ont démarré avec le RELAC I, également financé par l’Union européenne à travers l’Instrument contribuant à la stabilité et à la paix au Mali, le 15 janvier 2016.

    Le RELAC II s’inscrit dans la continuité du RELAC I et vise le même objectif : poursuivre la stabilisation des zones-post conflits ciblées en accompagnant la relance de l’économie locale et l’amélioration des services rendus aux populations par les collectivités.

    Le 10 février 2017, s’est ainsi tenue dans la salle de réunion du Ministère de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la Réforme de l’Etat (MATDRE), la première session du Comité de pilotage du projet RELAC II co-présidé par le MATDRE et la Délégation de l’Union européenne au Mali. Il s’est agi lors de cette session d’examiner et de valider l’état d’avancement des projets RELAC I et II au titre de l’année 2016, les programmations techniques et financières pour l’année 2017 et les 18 nouvelles communes d’intervention du RELAC II.

    Cette première session du Comité de pilotage a été un succès. Elle a vu la participation d’autorités régionales de premiers plans (Gouverneurs des régions de Gao, Tombouctou, Ménaka et Taoudéni ou leurs représentants), d’acteurs régionaux de la société civile (représentantes des organisations et associations féminines et représentants des associations des municipalités du Mali des 4 régions) et de nombreux acteurs institutionnels (Ministère de la solidarité et de l’action humanitaire, Commissions de réhabilitation de zones post conflits, Partenaires techniques et financiers).

    Outre la validation des programmations techniques et financières pour l’année 2017 et des 18 nouvelles communes d’intervention du RELAC II, des recommandations pertinentes ont été émises pour renforcer l’ancrage institutionnel et la gouvernance du projet au niveau régional et cercle.

  • MLI/802-803 Relance de l'économie locale et appui aux collectivités (RELAC I et II)Atelier de team building - Tirer profit des expériences passées de LuxDev au Mali en matière de développement local

    Publié le 15 Décembre 2016    Par Coudy DIA   FR

    À mi-parcours du projet MLI/802 – RELAC I et au démarrage du projet MLI/803 – RELAC II, financés par l’Union européenne, à hauteur de 15 millions EUR, à travers l’instrument contribuant à la stabilité et à la paix au Mali d’une part (5 millions EUR) et le fonds fiduciaire d’urgence en faveur de la stabilité et de la lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et des personnes déplacées en Afrique d’autre part (10 millions EUR), un atelier de team building a été organisé à Bamako, les 29 et 30 novembre 2016, afin de renforcer la dynamique d’équipe et de travail qui évolue en trois lieux distincts et distants (une Unité de gestion du projet (UGP) à Bamako, un bureau à Gao et un bureau à Tombouctou).

    Cet atelier, qui a vu la participation des équipes techniques du projet basées à Gao et à Tombouctou et de l’UGP basée à Bamako, a permis aux participants de mieux connaître le bailleur de fonds du RELAC I et II et de l’agence LuxDev à travers les présentations qui ont été faites par le chargé de programmes Trust Fund Sahel de la Délégation de l’Union européenne au Mali, Philippe DELERS, et la chargée de programmes Trust Fund Sahel et Lac Tchad de l’Union européenne à Bruxelles, Elena DI BIASIO, d’une part et par Lyn VOEGELE, représentante résidente du bureau LuxDev au Mali, d’autre part.

    Il a également été l’occasion de tirer profit de l’expérience passée de LuxDev au Mali en matière de développement local, et notamment de la capitalisation sur la thématique de l’autonomisation des organisations communautaires de base et leur accompagnement pour un développement économique local durable dont les outils d’analyse et l’expérience ont été partagés avec les participants par deux personnes ressources internes à LuxDev mobilisées pour l’occasion, Samba BIBA, Expert en planification du développement et en maîtrise d’ouvrage du projet MLI/023 – Décentralisation et bonne gouvernance, et Michel CADALEN, coordinateur du programme MLI/501 – Appui aux filières agropastorales de Sikasso.

    En effet, le RELAC I et II est un projet de développement local comme LuxDev a eu à en exécuter ces 10 dernières années au Mali, à la différence notable qu’il évolue dans un contexte instable et d’insécurité et a fait le choix de capitaliser sur les expériences positives passées de LuxDev et sur celles en cours, jugées inspirantes, pour augmenter sa qualité d’intervention sur le terrain.

    On notera enfin que cet atelier a été l’occasion de définir la zone d’intervention du RELAC II et que les 30 communes d’intervention du RELAC I et II sont aujourd’hui identifiées et s’étendra aux régions de Ménaka et Taoudéni, en plus de celles de Gao et Tombouctou.