Accédez à l'intranet
Connect with Google
Ou

Si vous n'avez pas de compte Mail LuxDev




J'ai oublié mon mot de passe

Aide

NIG/027
Projet d’appui au renforcement des capacités de la chaîne des dépenses publiques des régions de Agadez, Diffa, Tahoua et Zinder

Information

Pays
Niger
Bureau pays de LuxDev
Bureau Niger

Secteur
Décentralisation et Gouvernance locale
Agence d'exécution partenaire
Ministère des Finances
PIC 3
2016 - 2020

Période d'exécution
Novembre 2019 - Décembre 2021
Durée totale
26 mois

Budget total
1 467 179 EUR
Répartition des contributions
  • Gouvernement luxembourgeois
    1 467 179 EUR

Le troisième Programme indicatif de coopération (PIC III) entre le Niger et le Luxembourg couvrant la période 2016-2020 vise un alignement complet avec les stratégies et politiques nationales et une véritable délégation de la mise en œuvre des actions prévues aux partenaires nationaux à travers l’approche programme en adoptant les procédures nationales de comptabilité publique et de passation de marchés.

Dans cet esprit et en visant une maximisation des effets des interventions sectorielles déjà en cours en exécution nationale (éducation et formation professionnelle, eau et assainissement), le projet d’appui au renforcement des capacités des acteurs de la chaine des dépenses publiques des régions de Agadez, Diffa, Tahoua et Zinder (NIG/027) a vu le jour. Ladite intervention est inspirée du projet NIG/020, ayant renforcé les capacités des acteurs de la chaine des dépenses publiques dans la région de Dosso dans le cadre du PIC II, et dont l’évaluation finale avait mis en valeur le modèle d’intervention potentiellement reproductible dans les autres régions d’intervention de la Coopération luxembourgeoise.

Le NIG/027 s’inscrit parfaitement dans le cadre de la mise en œuvre du Programme de réformes de gestion des finances publiques (PRGFP IV) 2017-2020 du Niger et s’aligne sur un certain nombre d’objectifs spécifiques et de programmes opérationnels dudit programme. Le PRGFP IV a été élaboré sur la base des résultats de la dernière évaluation PEFA (Public Expenditure and Financial Accountability), réalisée en 2016 avec un rapport publié en 2017, témoignant d’un niveau de faible capacité en gestion financière publique au Niger. Par ailleurs, des faiblesses plus marquées sont constatées au niveau déconcentré avec un manque de moyens financiers, logistiques et humains et des difficultés dans la maîtrise des changements introduits par les récentes réformes introduites par l'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) avec notamment la non appropriation des concepts et outils liés à l’approche du budget programme par objectifs.

Dans ce cadre, l’objectif global du projet NIG/027 est de contribuer au renforcement de la gestion des finances publiques au Niger en améliorant la gestion des crédits budgétaires et de l’efficacité de la chaine des dépenses publiques et en renforçant le dispositif de préparation, d’exécution, de suivi et de contrôle ainsi que les capacités des principaux services évoluant dans ce domaine.

L’objectif spécifique est d’améliorer la performance de la chaîne de la dépense publique dans les régions d’Agadez, Diffa, Tahoua et Zinder. Les principaux bénéficiaires du projet sont les services techniques déconcentrés du ministère des Finances (MF), aÌ savoir les Directions régionales du budget, les trésoreries régionales et les services régionaux de contrôle des marchés publics et des engagements financiers.

L’intervention contribuera, d’une part, à la formation des ressources humaines et du capital humain et, d’autre part, à la dotation en moyens matériels nécessaires permettant d’améliorer les conditions de travail et donc la performance des acteurs de la chaîne des dépenses publiques au niveau des régions ciblées. Des appuis ponctuels seront déployés aussi au niveau central notamment au bénéfice des responsables des programmes des ministères partenaires de la Coopération luxembourgeoise.

Le projet ambitionne d’accroitre de manière significative la performance et la crédibilité des services de l’État en charge de l’exécution et du contrôle des crédits délégués. Il devrait également contribuer à clarifier les missions des différents services de la chaîne de la dépense en région et garantir une capacité de traitement améliorée.

Dernières nouvelles

  • NIGER – En route vers une amélioration de l’efficacité de l’utilisation des crédits budgétaires.

    Publié le 28 Avril 2020    Par Claude Mauret   FR

    Au Niger, une dépense de l’état, avant d’être exécutée/payée, est soumise à une « chaîne de la dépense » qui implique plusieurs « contrôles  a priori » conduits par différents services.

    Pour améliorer l’efficacité de l’utilisation des crédits budgétaires, il est donc important que les délais de traitement de chaque service soient les plus courts possible et que les cas de rejet de dossiers soient les moins fréquents possible également.

    Aussi, dans cette optique, le renforcement des capacités à  la fois des agents de cette chaîne et  des demandeurs  (services bénéficiaires des dépenses tels que l’ administration centrale ou déconcentrée, collectivités, établissements publics etc.) est un levier essentiel.

    En jouant sur ces deux tableaux, le renforcement des capacités des agents de la chaîne engendre une meilleure maîtrise des procédures et donc une accélération du traitement des dossiers tandis que le renforcement des capacités des demandeurs leur permet de présenter des dossiers plus complets et de meilleure qualité, diminuant ainsi le nombre de rejets de dossiers.

    C’est précisément ce qu’ambitionne le Projet d’appui au renforcement des capacités de la chaîne des dépenses publiques des régions de Agadez, Diffa, Tahoua et Zinder, NIG/027,

    Par ailleurs, le projet vise également à renforcer la communication entre les acteurs de la chaîne de la dépense, d’une part, et entre ces mêmes acteurs et les administrateurs de crédits, d’autre part.

    À la fin du projet, il est attendu que le fonctionnement et les processus de la chaîne de la dépense au niveau des régions d’Agadez, Diffa, Tahoua et Zinder ainsi que les conditions de travail des acteurs soient améliorés.

    La première réunion du comité de pilotage du projet s’est tenue le 24 janvier 2020 et a constitué le lancement officiel du projet. Depuis, les actions de recrutement d’un bureau pour effectuer un diagnostic des besoins en renforcement des acteurs de la chaîne de la dépense des quatre régions ont été lancées. De plus, actuellement, des architectes préparent un projet détaillé et des plans pour un futur complexe abritant l’ensemble des services financiers régionaux de la chaîne de la dépense au niveau de la ville de Zinder.

    Le Projet d’appui au renforcement des capacités de la chaîne des dépenses publiques des régions de Agadez, Diffa, Tahoua et Zinder, NIG/027, d’une durée de 24 mois bénéficie d’une contribution du Luxembourg à hauteur de 1 467 179 EUR et prévoit un appui aux services techniques déconcentrés du Ministère des finances, à savoir les Directions régionales du budget (DRB), les Trésoreries régionales (TR) et les Services régionaux de contrôle des marchés publics et des engagements financiers (SR/CMP/EF). 

    Maquette du bâtiment qui sera construit pour abriter les services régionaux de la chaine des dépenses publiques à Zinder

  • NIGER - La Coopération luxembourgeoise investit à la hauteur des enjeux

    Publié le 4 Novembre 2019    Par Manon LIENARD   FR

    Les interventions luxembourgeoises au Niger ont enregistré des performances positives au cours des trois dernières années, en particulier dans les secteurs du développement rural et de l’eau et assainissement. Ainsi, à l’occasion de la XIIe Commission de partenariat entre la République du Niger et le Grand-Duché de Luxembourg qui s’est déroulée à Niamey le 18 octobre 2019, une augmentation des enveloppes budgétaires pour les programmes en cours dans ces secteurs a été annoncée.

    Dans le cadre du programme de développement rural NIG/025 qui cible la région de Dosso, 9 578 jeunes, dont 55 % de femmes, ont été formés aux métiers des filières agricoles depuis le début de l’intervention. Une extension budgétaire d’un montant de 3 190 000 EUR permettra d’ici 2020 à près de la moitié d’entre eux de bénéficier d’un crédit adossé à une subvention pour développer et pérenniser des activités génératrices de revenus. Davantage de piste rurales seront également réhabilitées pour améliorer l’accès des personnes et des produits aux marchés régionaux.

    News_ROF_-_extensions_budgetaires_Photo_1_copy.jpgJeune pratiquant la culture du riz irrigué, grâce à l’achat d’une motopompe et de semences adaptées © Zouloukalleyni Dourfaye

    Dans le secteur de l’eau et de l’assainissement, l’augmentation de la contribution luxembourgeoise au programme NIG/026, cofinancé par le Royaume de Danemark, s’inscrit dans une volonté d’augmenter la portée des réalisations. Avec un apport complémentaire de 6 861 126 EUR, 690 000 personnes vivant en milieu rural à travers tout le pays pourront être desservies en eau potable d’ici fin 2022.

    News_ROF_-_extensions_budgetaires_Photo_2_copy.jpgBorne fontaine, région de Dosso © Zouloukalleyni Dourfaye

    Par ailleurs, une nouvelle intervention dans le domaine de la gestion des finances publiques a été confirmée. Il s’agit de répliquer le modèle d’appui à la chaîne de la dépense publique développé avec succès dans la région de Dosso entre 2014 et 2016. Le projet d’appui au renforcement des capacités des acteurs de la chaine des dépenses publiques des régions de Agadez, Diffa, Tahoua et Zinder (NIG027) bénéficiera d’un investissement total de 1 467 179 EUR. D’une durée de 24 mois, cette intervention prévoit des activités de renforcement de capacités des services techniques déconcentrés du ministère des Finances et aussi des appuis en équipement et en moyens roulants permettant d’améliorer les conditions de travail et la performance des acteurs de la chaîne des dépenses publiques dans les zones ciblées.

    IMG_20191018_115814.jpgLa ministre de la Coopération et de l’Action humanitaire du Grand-Duché de Luxembourg, Mme Paulette Lenert, avec le ministre des Affaires étrangères de la République du Niger, M. Kalla Ankouraou, lors de la XIIe Commission de partenariat du 18 octobre 2019

    Ces fonds additionnels portent à 97 millions EUR l’enveloppe du IIIe Programme indicatif de coopération (PIC III 2016-2020). Comme l’a rappelé la ministre de la Coopération au développement et de l'Action humanitaire du Luxembourg lors de la signature officielle des nouveaux protocoles d’accord, le Niger est le premier bénéficiaire de l’aide publique au développement luxembourgeoise.