Accédez à l'intranet
Connect with Google
Ou

Si vous n'avez pas de compte Mail LuxDev




J'ai oublié mon mot de passe

Aide

NIG/018
Programme d’Appui au Développement agricole durable dans la Région de Dosso

Information

Pays
Niger
Bureau régional de LuxDev
Ouagadougou

Secteur
Agriculture et Sécurité alimentaire
Agence d'exécution partenaire
Ministère de l’Agriculture
PIC 2
2008 - 2012

Période d'exécution
Octobre 2011 - Octobre 2016
Durée totale
60 mois

Budget total
13 583 000 EUR
Répartition des contributions
  • Gouvernement luxembourgeois
    12 500 000 EUR
  • Gouvernement du Niger
    1 083 000 EUR

Videos

  • Interview Quentin Bourdeaux

    Dans le monde du développement, les systèmes de suivi et d’évaluation constituent un défi important. Un des rôles de LuxDev constitue à appuyer les différents partenaires pour renforcer leurs systèmes d’information afin de disposer d’un outil performant pour le pilotage de leur secteur, la mesure de l’efficacité et la redevabilité.

    Echange avec Quentin Bourdeaux, Représentant régional de LuxDev au Burkina Faso et Niger.

Au Niger, le secteur primaire, dominé par les activités agropastorales, joue un rôle essentiel dans la croissance économique, en particulier, le sous-secteur agricole qui demeure la source presque exclusive des aliments et nutriments consommés par les nigériens. Malheureusement, la forte sensibilité des activités agropastorales aux risques multiples fait que le pays n’assure pas une alimentation saine et suffisante à l’ensemble de la population.

Initialement impulsé dans le cadre de promotion du secteur rural, les autorités de la République du Niger ont mis en avant le développement agricole national par l’adoption de la Stratégie de l’Initiative 3N pour la Sécurité alimentaire et nutritionnelle et le Développement de l’Agriculture durable, plus connue sous l'appellation

Les Nigériens nourrissent les Nigériens

Dans une des huit régions du pays présentant le tiers du potentiel irrigable, l’intervention se concentre sur l’inversion des tendances actuelles marquées par une forte pauvreté, un accroissement démographique, une augmentation des superficies cultivées et de cheptel sans amélioration des rendements et un faible taux de mise en valeur par l’irrigation.

Tenant compte de la prise en charge des questions de résilience et de nutrition par les dispositifs nationaux, le programme vise à contribuer au développement agricole durable dans la région de Dosso par les axes d’interventions suivants :

  • le développement des capacités régionales, tant des organisations de producteurs/trices et des collectivités que des services déconcentrés du Ministère de l’Agriculture, mais également des partenaires bancaires du secteur ;
  • la maîtrise des questions foncières par l’appui aux réformes et la prévention des conflits ;
  • l’aide à l’installation des jeunes de la région dans l’agriculture ;
  • la mise en valeurs des zones irrigables et la promotion de l’irrigation ;
  • le développement des filières agricoles porteuses (riz, légumineuses), tant sur les aspects de production, que de transformation et de commercialisation ;
  • et la prise en charge de problématiques liées à l’approvisionnement en eau potable, ainsi que de la gestion intégrée de la ressource en eau dans les zones de production.

La prise en compte d’un des défis fondamentaux du Niger, en particulier dans la région rurale de Dosso, place le Programme comme un instrument de la croissance économique, raison pour laquelle il s’inscrit dans un cadre institutionnel et programmatique parfaitement alignés.

Dernières nouvelles

  • Niger - Rendre la jeunesse rurale nigérienne dynamique, émancipée, responsable et engagéeLa Région de Dosso montre le chemin

    Publié le 7 Juin 2016    Par Pierre Henri Dohogne    FR

    Avec une jeunesse rurale, de 15 à 35 ans, représentant 25 % de la population nigérienne et tenant compte du fait que 50 % de la population à moins de 15 ans, la création d’opportunités concrètes pour les jeunes ruraux constitue un défi social et économique majeur impactant directement l’atteinte des Objectifs de Développement durable du Niger à l’horizon 2030.

    Reconnaissant l’apport de l’exode saisonnier des jeunes quant à leur éveil et à la mobilisation d’une épargne utile pour l’installation dans la vie active au retour, l’augmentation des flux migratoires pose la question d’une perte de force vive chargée d’initiative nécessaire au pays, or une proportion importante de la jeunesse rurale aspire à rester dans son terroir si les conditions de vie et les perspectives individuelles s’améliorent.

    Dans ce contexte, la vision des autorités nigériennes s’exprime à travers la politique nationale de la jeunesse qui est de rendre la jeunesse nigérienne dynamique, émancipée, responsable, engagée et prête non seulement à renforcer les liens de cohésion de solidarité entre les jeunes, mais aussi à adhérer aux principes de bonne gouvernance pour un développement économique, social et culturel du Niger. Cette vision s’exprime également par la priorité donnée au secteur rural à la Formation professionnelle ainsi qu’aux engagements pris en matière de jeunesse dans le cadre de la mise en œuvre de l’Initiative 3N (les Nigériens nourrissent les Nigériens).

    Communément en se référant aux études sous régionales en la matière, les contraintes à l’insertion professionnelle des jeunes en milieu rural relèvent du manque de possibilités de financement, de la difficulté d’accès au foncier, de la faiblesse des  infrastructures locales et d’un déficit de compétences.

    Partant de ces constats, les principaux acteurs investis dans la Région de Dosso sur cette question, à savoir, la profession agricole représentée par la Chambre régionale d’Agriculture (CRA), le Conseil régional, des ONG et des organisations de producteurs, le Haut-Commissariat à l’Initiative 3N, le Ministère en charge de la Formation professionnelle ainsi que  le Ministère du Secteur rural, ont initié diverses actions porteuses d’avenir pour la jeunesse rurale. Ces actions reposent sur six piliers complémentaires et interdépendants relavant de la formation, la vie associative, l’appui conseil, l’accès au foncier, le financement et l’environnement structurant.

    La formation, adaptée aux jeunes ruraux de plus de 15 ans, relève des dispositifs de la formation professionnelle dont l’offre s’étend jusque dans les communes. Elle dispose de centres de formation aux métiers, offrant essentiellement des opportunités d’acquérir des compétences pour les jeunes sortants de l’enseignement classique. L’acquisition de compétences pour les jeunes actifs au niveau local repose sur des initiatives, essentiellement portées par la profession. Parmi elles, les Sites intégrés de Formation agricole (SIFA) initiés par l’ONG Swisscontact et gérés par les organisations de producteurs ou encore les Champs Écoles mis en place par des organisations de producteurs ou des ONG locales sous l’initiative de la CRA. Depuis mi 2015, 900 jeunes ont bénéficié de formations courtes dans ce cadre à des coûts similaires à ceux de l’alphabétisation (env. 75 000 FCFA par jeune et par formation de 130 h). La plupart des formations professionnelles en agriculture tendent à présent à respecter l’approche par compétences et sont en général certifiés par les services relevant de la Formation professionnelle. En règle générale, les formations proposées reposent essentiellement sur l’alternance (avec un minimum de 130 h sur quatre mois) et l’acquisition de compétences sur un maillon d’une chaine de valeur (production maraichère, transformation, etc.). Ces initiatives posent la question de la complémentarité avec l’alphabétisation mais également du bagage minimal à fournir aux jeunes. Ne serait-il pas plus opportun qu’un jeune acquière des compétences adaptées sur la gestion d’exploitation et l’intégration des filières au sein d’une exploitation, lui garantissant une plus grande résilience face aux multiples risques inhérents à chaque activité, notamment au changement climatique. Le financement de ces formations devrait reposer sur le subventionnement public, via les fonds sectoriels, ainsi que sur  l’apport de la profession, afin de réduire la charge pour les parents et les jeunes.

    Il reste difficile de maîtriser les aspirations réelles des jeunes ruraux. En effet, peu d’études ont été menées en la matière et le niveau de représentativité des jeunes dans la société civile et les organisations locales reste faible, notamment à cause de l’immigration, de la surcharge de travail pour les jeunes femmes mariées et mères de famille, ou encore de l’omniprésence d’un leadership local traditionnel des anciens. La prise en compte des jeunes au sein des organisations de producteurs est récente et insuffisante (moins de 5 % des élus de la CRA ont moins de 35 ans, aucune élue n’a moins de 35 ans). Il est essentiel que des organisations de producteurs de jeunes hommes et/ou de jeunes femmes émergent. Dans cette optique, la CRA recrute de jeunes technicien(ne)s plus à même de comprendre la problématique et d’éveiller les jeunes en matière de vie associative, seul gage d’améliorer leur représentativité.

    Pour réussir, un jeune, qui s’installe comme exploitant agricole ou qui est tout simplement recruté comme ouvrier agricole, doit pouvoir avoir accès à l’information et à l’appui conseil régulier des professionnels expérimentés. Une fois de plus, des organisations de producteurs, les privés et les services techniques sectoriels sont à même d’offrir cet accompagnement nécessaire à la professionnalisation des jeunes. En dehors des initiatives locales et malgré les technologies disponibles, ces dispositifs sont sous financés et ne bénéficient que de  l’appui public et de projets spécifiques. La mise en place de mécanismes de financements durables de l’appui conseil reposant sur les prélèvements et des cotisations internes aux filières constituent alors un enjeu crucial pour la profession.

    L’accès au foncier est souvent considéré comme possible uniquement dans le cadre de l’héritage ou de l’acquisition et limite alors les possibilités des jeunes ruraux. Or, pour s’installer dans l’agriculture, il est conseillé de commencer jeune, avant 35 ans. En conséquence, des opportunités d’accès au foncier par prêt doivent être stimulées et sécurisées au niveau familial ou local. Il en est de même lors de la mise en valeur d’aménagement hydro agricole, la priorité devrait être donnée aux jeunes hommes et femmes pour l’attribution de parcelles par tirage au sort.

    Un jeune, en particulier une jeune femme agricultrice, a peu de possibilités pour accéder au financement, et ce par manque de capital, d’expérience et d’ indépendance vis à vis de ses parents ou de son époux. Des possibilités de financement de l’apprentissage et de l’installation des professionnels existent mais, bien souvent, la nécessité d’un subventionnement minimal à l’installation, constitue un frein réel. Des efforts importants restent encore à fournir en matière d’accès des jeunes aux fonds d’investissement, notamment à travers le crédit. L’association des jeunes, l’acquisition de compétences et l’accès au foncier garanti sur plusieurs années constituent des gages certains pouvant favoriser l’accès aux financements pour les projets portés par des jeunes.

    Evidemment, sans un environnement économique favorable, alliant routes, infrastructures marchandes, lieux de stockages, et accès à l’eau potable, la réussite des projets agricoles des jeunes est compromise. À cet effet, il apparait nécessaire de renforcer ces éléments structurants au niveau des pôles de développement agricoles, situés dans les bassins de productions à proximité des marchés.

    L’avenir de la jeunesse rurale, défi majeur du Niger, repose, en grande partie, sur les capacités des acteurs du secteur et la claire répartition des rôles et responsabilités des institutions de référence. Enfin, une attention particulière doit être donnée aux jeunes femmes en milieu rural dont les parcours offrent moins d’opportunités malgré les responsabilités importantes qu’elles occupent au sein de leurs familles.

  • Niger – Le crédit au service des agriculteurs de la région de Dosso

    Publié le 4 Mai 2016    Par Pierre Henri DOHOGNE   FR

    Ancien ouvrier agricole en Lybie, âgé de 30 ans, Lihida Dambaji a décidé de se réinstaller dans son village natal, dans la Région de Dosso. Après avoir investi ses économies dans la réalisation d’un puit pour pouvoir se lancer dans les productions maraichères, il a sollicité un prêt auprès de la Banque agricole du Niger (BAGRI) afin de compléter son investissement et de pouvoir produire en toute saison. Avec un promoteur jeune, mobilisant de la main d’œuvre féminine pour certain travaux, localisé à proximité d’une école et en bordure d’une route fréquentée, cette exploitation peut servir de référence pour les jeunes du département de Tibiri.

    Longtemps considérée comme un secteur à risque, l’agriculture nigérienne attire de plus en plus d’investisseurs nationaux prêts à répondre à une demande de plus en plus forte en produits agricoles au niveau national, mais également dans la sous-région, tel qu’au Nigeria voisin. Malgré la rentabilité croissante des investissements agricoles et la création d’emplois qu’ils génèrent, principalement dans les domaines des cultures irriguées et de la transformation de produits agricoles, les établissements financiers n’acceptent pas en général d’allouer des crédits aux producteurs où à leurs organisations. Exception faite pour l’acquisition d’intrants ou la commercialisation dans des filières relativement rentables et maitrisées, telles que le riz ou l’oignon ; les autres moyens de financement des producteurs sont issus de l’épargne propre ou du recours aux usuriers du secteur informel.

    Permettant d’impacter directement sur l’autonomie alimentaire du pays et l’emploi, le financement de l’agriculture au Niger est au cœur des préoccupations depuis de nombreuses années avec la création d’une banque agricole, la mise en place de fonds (garantie, calamité, bonification) et les réflexions récentes quant à l’installation du Fonds d’Investissement pour la Sécurité alimentaire et nutritionnelle (FISAN), d’autant plus que les dispositifs antérieurs, basés sur un subventionnement élevé ont montré leurs limites caractérisées par des procédures complexes, une faible responsabilisation des bénéficiaires et une insuffisante mobilisation financière de ces derniers.

    Sous l’impulsion du Haut-Commissariat à l’Initiative 3N (les Nigériens nourrissent les Nigériens), distinguant les politiques de sécurité alimentaire de celle concernant le développement agricole, et dans une perspective d’alignement progressif des financements extérieurs aux dispositifs nationaux qui sont en cours de mise en place, des expériences pilotes sont menées dans les différentes régions du pays et concernent l’octroi de subventions adossées au crédit agricole.

    Acquisition de motopompes pour les adhérents d’une coopérative, installation d’une unité de refroidissement pour le stockage des pommes de terres, amélioration des systèmes de productions par la fertilisation organique des sols et l’association des cultures, fourniture d’équipements de pompage solaire et de système d’irrigation goutte à goutte, mise en place d’unités de transformation et de commercialisation, ce sont quelques-uns des 94 projets portés par des producteurs et leurs organisations dans la Région de Dosso qui ont été financés en 2015 (crédit 45 %, subvention 40 %, apport personnel 15 %) dans le cadre d’un partenariat entre les institutions, Ministère de l’Agriculture, Conseil régional et la Banque agricole du Niger, sur fonds luxembourgeois. La pénétration de cette opportunité reste néanmoins encore limitée auprès des femmes et des jeunes, avec l’appui de seulement sept groupements féminins, cinq groupements mixtes, deux femmes individuelles et cinq jeunes hommes de moins de 35 ans.

    Ces différents investissements sont réalisés directement par les producteurs dans des délais de six mois maximum, moyennant un crédit à rembourser trimestriellement ou semestriellement en 4 à 12 échéances selon l’ampleur de l’investissement et la capacité de remboursement du promoteur. À ce jour, les emprunteurs ont pu respecter leurs engagements grâce à un suivi rapproché de la banque, mais également des organisations de producteurs, en particulier la Chambre régionale d’Agriculture (CRA).

    Pour permettre le développement du crédit agricole, des actions de renforcement des capacités sont nécessaires, elle ont été menées, d’une part auprès des établissements financiers pour leur permettre de mieux comprendre l’économie des filières agricoles et de proposer des produits de crédits agricoles adaptés, d’autre part auprès des producteurs et de leurs organisations afin de maitriser les risques liés aux remboursements, ainsi que pour améliorer leurs capacités de négociations avec les banques.

    Tenant compte des opérations de la BAGRI, la progression du crédit agricole est significative (passant de 75 à 553 millions de Francs CFA entre 2014 et 2015). Face à cette confiance croissante entre secteur agricole et finance, des partenariats se développent entre la profession agricole et les institutions financières, ces dernières montrant un intérêt de plus en plus important à financer des projets portés par des organisations de producteurs sérieuses ou des projets d’agrobusiness, créateur d’emploi, portés par des promoteurs nationaux disposant souvent d’un capital non agricole. Dans ce contexte, avec les autres partenaires financiers actifs sur la même démarche dans les différentes régions du pays (Fonds international de Développement agricole - FIDA, Coopération suisse), une attention particulière est donnée au développement du crédit agricole par les institutions de micro finance, à la mise en relation des organisations de producteurs avec les établissements financiers, et à la sécurisation foncière, dans le souci de permettre aux petits producteurs, familiaux, d’avoir accès au crédit agricole dans les meilleures conditions.

    En prévision des prochaines interventions et afin de répondre à une demande importante de crédit agricole, les partenaires de l’opération dans la Région de Dosso ambitionnent cette année le cofinancement de plus de 300 projets d’investissement agricole dont plus de la moitié devraient l’être au bénéfice des jeunes et des femmes. Les premières expériences de subvention adossée au crédit agricole ont permis aux établissements financiers partenaires de développer un savoir-faire et surtout de construire une relation de confiance avec les producteurs. À présent, il convient de cibler le subventionnement pour favoriser l’accès au crédit agricole durablement, à cet effet une attention particulière est donnée aux jeunes agriculteurs et agricultrices ayant réussi des cycles de formations professionnelles agricoles courtes, ayant accès également à des mesures d’appui conseil et une facilitation de la sécurisation foncière de la part de la profession agricole, représentée par la CRA.