Intranet access
Connect with Google Log in
Or

If you don't have a LuxDev email account




I forgot my password

Help

MLI/022
Technical and vocational training

Information

Country
Mali
LuxDev's country office
Mali Office

Sector
Vocational Training & Access to Employment
PIC 3
2015 - 2020

Implementation period
April 2016 - December 2022
Total duration
81 months

Total budget
16,717,701 EUR
Contribution breakdown
  • Luxembourg Government
    15,203,701 EUR
  • MEFPJCC
    1,314,000 EUR
  • Bénéficiaires
    200,000 EUR

Videos

  • Film MLI022 Formation professionnelle

    MALI - Une grande opération de certification

    Suivi de bénéficiaire

  • MALI - Ambition d'un jeune couturier à Ségou

    MALI - Ambition d'un jeune couturier à Ségou

    Depuis 2018, l'Agence malienne pour la promotion de l'emploi des jeunes a permis l'installation de 1733 primo-entrepreneurs des régions de Ségou et Sikasso, avec l'appui du programme Formation et insertion professionnelle, MLI/022. Le programme MLI/022 est cofinancé par le gouvernement malien et la Coopération luxembourgeoise et mis en œuvre par LuxDev.

  • MALI - Au service de la beauté à Ségou

    MALI - Au service de la beauté à Ségou

    Depuis 2018, l'Agence malienne pour la promotion de l'emploi des jeunes a permis l'installation de 1733 primo-entrepreneurs des régions de Ségou et Sikasso, avec l'appui du programme Formation et insertion professionnelle, MLI/022. Le programme MLI/022 est cofinancé par le gouvernement malien et la Coopération luxembourgeoise et mis en œuvre par LuxDev.

  • MALI - Au service de la beauté à Tominian

    MALI -Au service de la beauté à Tominian

    Depuis 2018, l'Agence malienne pour la promotion de l'emploi des jeunes a permis l'installation de 1733 primo-entrepreneurs des régions de Ségou et Sikasso, avec l'appui du programme Formation et insertion professionnelle, MLI/022. Le programme MLI/022 est cofinancé par le gouvernement malien et la Coopération luxembourgeoise et mis en œuvre par LuxDev.

  • MALI - Embouche ovine à Yorosso

    MALI - Embouche ovine à Yorosso

    Depuis 2018, l'Agence malienne pour la promotion de l'emploi des jeunes a permis l'installation de 1733 primo-entrepreneurs des régions de Ségou et Sikasso, avec l'appui du programme Formation et insertion professionnelle, MLI/022. Le programme MLI/022 est cofinancé par le gouvernement malien et la Coopération luxembourgeoise et mis en œuvre par LuxDev.

  • MALI - Reconversion d'un jeune routier à Ségou

    MALI - Reconversion d'un jeune routier à Ségou

    Depuis 2018, l'Agence malienne pour la promotion de l'emploi des jeunes a permis l'installation de 1733 primo-entrepreneurs des régions de Ségou et Sikasso, avec l'appui du programme Formation et insertion professionnelle, MLI/022. Le programme MLI/022 est cofinancé par le gouvernement malien et la Coopération luxembourgeoise et mis en œuvre par LuxDev.

  • MALI - La nouvelle vie d'une ménagère à Bla

    MALI - La nouvelle vie d'une ménagère à Bla

    Depuis 2018, l'Agence malienne pour la promotion de l'emploi des jeunes a permis l'installation de 1733 primo-entrepreneurs des régions de Ségou et Sikasso, avec l'appui du programme Formation et insertion professionnelle, MLI/022. Le programme MLI/022 est cofinancé par le gouvernement malien et la Coopération luxembourgeoise et mis en œuvre par LuxDev.

  • MALI - Les débuts prometteurs d'un jeune entrepreneur en menuiserie métallique

    MALI - Les débuts prometteurs d'un jeune entrepreneur en menuiserie métallique

    Depuis 2018, l'Agence malienne pour la promotion de l'emploi des jeunes a permis l'installation de 1733 primo-entrepreneurs des régions de Ségou et Sikasso, avec l'appui du programme Formation et insertion professionnelle, MLI/022. Le programme MLI/022 est cofinancé par le gouvernement malien et la Coopération luxembourgeoise et mis en œuvre par LuxDev.

Mid-term evaluation

External References

The third Indicative Cooperation Programme (ICP III) aims to support the Government of Mali in its efforts to reduce poverty through support for inclusive and sustainable growth and the reduction of food insecurity. The scope of activities of ICP III covers the following sectors:

  • rural development and food security (MLI/021);
  • training and professional integration (MLI/022); and
  • decentralisation and good governance (MLI/023).

The MLI/022 programme concerns training and workforce development in Mali and is concentrated in the South Region targeted by ICP III.

Despite having experienced significant progress in terms of development of its gross enrollment ratio, the Malian education system still faces major challenges: the retention and development of infrastructure to improve access and quality of teaching.

In terms of vocational training, issues relating to the quality and effectiveness of existing training are at the heart of concerns, highlighting the lack of adequacy of skills to the needs of the productive sector and making the challenge of professional integration complex.

The intervention strategy aims to expand access to high-quality vocational training based on skills and promoting employability.

This strategy is based on the primary goal of ICP III; namely, skills development in rural areas (especially related to rice, sesame and fonio sectors) of five districts in the Segou region (Segou, Barouéli, Bla, San and Tominian) and the Yorosso district in the Sikasso region.

The overall objective of the programme is to support job creation, particularly among women and youth, and income-generating activities. The specific objective of the intervention concerns the increase of professional skills of women and men adapted to the job market in rural areas. Three outcomes have been identified for achieving this objective, namely:

  • A better structured vocational training sector that meets initial training needs in rural areas;
  • Meeting continuing education needs in rural areas; and
  • Strengthening support methods regarding employment of rural youth.

Latest news

  • MALI - Partage d'un expérience inspirante dans le monde de la formation professionnelle

    Published on 5 January 2021    By Dieudonné Dakouo   FR

    Le Conseil régional de Ségou, avec l’appui de ses partenaires techniques et financiers, a organisé, à la fin de l’année 2019, un salon de l’emploi des jeunes dans le secteur agrosylvopastoral. 1er salon du genre organisé dans la région, il a rassemblé une vingtaine d’exposants, des acteurs publics et privés de la formation professionnelle et de l’emploi, des entreprises et des centaines de jeunes. Un intervenant, Boubacar Doumbia, a particulièrement attiré l’attention des organisateurs et des acteurs publics de la formation professionnelle et notamment celle du Conseil régional de Ségou et les centres de formation publics de la région. Boubacar Doumbia est le promoteur du centre de formation professionnelle N’domo, résolument tournée vers l’entreprenariat et l’auto-emploi et spécialisée dans la confection de Bogolan, ces fameux tissus Malien teinté suivant un style et une technique  particulière. L’originalité de son centre est son modèle de gestion inspiré de la tradition et décrite dans un manuel dont il est l’auteur : « Le concept N’domo. Une réponse à l’entreprenariat solidaire et à l’emploi des jeunes ».

    Ce manuel, qui est « la capitalisation de vingt années d’expériences d’entreprenariat social et solidaire sur l’utilisation du savoir-faire local et des valeurs sociétales innovées » et se veut une solution au défi de l’emploi des jeunes, a servi de support à l’atelier organisé en septembre 2020 par le Conseil régional de Ségou à l’attention de 35 responsables et gestionnaires de centres et instituts de formation professionnelle publics et privés de la région et d’agents du Ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle. Le but était de présenter aux participants un centre de formation fonctionnel, le N’domo, disposant d’outils de gestion adaptés et arrivant à fonctionner sans moyens mis à disposition par l’État, les Collectivités ou les partenaires techniques et financiers.

    Le promoteur du centre N’domo a ainsi présenté son expérience basée sur une gestion innovante par la mise en place d’un dispositif de formation et d’auto-emploi bien structuré, soutenu par une gestion rigoureuse sur les plans administratif, technique et financier. L’innovation s’articule autour de deux axes :

    L’utilisation d’un savoir-faire local comme un levier permettant de créer des emplois durables pour les jeunes. 
    Le savoir-faire choisi est l’exploitation des techniques traditionnelles des teintures naturelles sur des supports 100% coton produits au Mali. La transformation du coton sur le plan local crée des emplois pour les filières filage, tissage, teinture, décoration et confection et de la richesse !

    L’adaptation des valeurs sociétales explorées pour l’organisation et le fonctionnement du centre N’domo que l’on caractérise d’entreprise solidaire !

    Au cours de l’atelier, les réactions ont été nombreuses et les participants, en prenant la parole, ont presque unanimement qualifié le centre N’domo « d’entreprise-école ». Certains responsables de centres de formation, tant public que privé, ont trouvé l’expérience réplicable dans leur contexte, notamment pour les filières de formation maraichage et transformation agroalimentaire. Le directeur général de l’Institut de Formation professionnelle de Konobougou dira ceci dans son intervention : « nos structures de formation viennent de découvrir une piste précieuse pour optimiser les opportunités qui se présentent à elles pour concrétiser leur désir de former et d’insérer les jeunes ». Plusieurs structures de formation se sont engagées à poursuivre les échanges avec le centre N’domo en vue d’une adaptation de l’expérience à leur centre.

    L’atelier a pris fin par une visite guidée des ateliers de formation, de production et d’exposition/vente des produits du centre N’Domo, ce qui a permis aux participants de voir la matérialisation du concept.  

    Pour l’histoire, « le n’domo est un rite d’initiation des jeunes dans la société traditionnelle bamanan. « Don mᴐ » qui est actuellement prononcé « n’domo ou ntomo » signifie littéralement « la pêche du savoir » ou la quête de la « connaissance ». Autrefois, cette quête de connaissance était la toute première étape d’initiation, d’orientation et de recherche de la plénitude que les jeunes de sept à dix ans devaient avoir jusqu’à l’âge de dix-huit à vingt ans.

    Pour aller plus loin, lien vers le Manuel « Le concept N’domo. Une réponse à l’entreprenariat solidaire et à l’emploi des jeunes », cliquez ici.

  • MALI - Des milliers de jeunes certifiés grâce à la formation professionnelle

    Published on 4 January 2021    By Pascal Dembélé   FR

    De 2017 à 2019, la Conseil régional de Ségou a financé la formation professionnelle de 5540 jeunes dont 4000 auprès de Maitres Artisans, à travers l’apprentissage rénové, et 1540 en formation initiale qualifiante dans des centres de formation publics et privés. Les filières de formation professionnelle suivies ont été essentiellement du domaine agrosylvopastoral (aviculture, embouche, maraichage, pisciculture, production de riz, de fonio ou de sésame,) et de l’artisanat (menuiserie, carrelage, électricité photovoltaïque mécanique, maçonnerie, coupe couture, construction métallique).

    Au terme de leur formation professionnelle, les jeunes apprentis ont subi un examen de fin d’apprentissage, avec des jurys de professionnels issus des chambres consulaires (agriculture et artisanat), sanctionné par un certificat de qualification professionnelle. Le taux de réussite a été très satisfaisant, il a atteint 86%.

    Pour les jeunes ayant suivi un cycle de formation initiale qualifiante, 1 460 ont été admis et ont reçu un certificat de compétences professionnelles. C’est tout au long de leur cycle de formation que leurs compétences ont été évaluées et validées sous la supervision pédagogique de la Direction régionale de l’Emploi et de la formation professionnelle de la région de Ségou.

    A l’été 2020, le Conseil régional de Ségou a tenu à organiser, avec le concours des chambres consulaires, parties prenantes et acteurs majeurs du dispositif d’apprentissage rénové, une cérémonie solennelle de remise des certificats aux jeunes lauréats afin de mettre en lumière la formation professionnelle. Cette cérémonie a été rehaussée par la participation de la Directrice Nationale de la Formation professionnelle et du Directeur fénéral de l’Observatoire National de l’Emploi et de la Formation, qui ont félicité les jeunes et les ont encouragés à poursuivre leurs efforts et à se perfectionner afin de faciliter leur insertion professionnelle. Le Président de la chambre consulaire en charge de l’Artisanat a conclu leur disant que « la formation est un investissement que les jeunes sont appelés à rentabiliser par leur dévouement sur le marché du travail ».

  • MALI – Formations, accès au financement et accompagnement : des primo-entrepreneurs présentent leur parcours

    Published on 6 July 2020    By Coudy DIA   FR

    Depuis 2018, l'Agence malienne pour la promotion de l'emploi des jeunes (APEJ) a permis l'installation de 1733 primo-entrepreneurs des régions de Ségou et Sikasso, avec l'appui du programme Formation et insertion professionnelle, MLI/022.

    L'APEJ a notamment joué un rôle essentiel pour : 

    • l'accès au financement des jeunes via ses Institutions de Micro-Finance (IMF) partenaires; 
    • la formation des jeunes en création et gestion d’entreprise;  et 
    • l’accompagnement de proximité de 12 mois pour suivre la bonne installation et le remboursement des échéances de prêt aux IMF des jeunes.

    Au total, ce sont plus de 400 millions de FCFA de crédits qui ont été accordés aux jeunes entrepreneurs, avec un taux de remboursement de 95% !

    Le Conseil régional de Ségou a, quant à lui, offert la possibilité aux jeunes sortants des centres de formation professionnelle, publics et privés, d'être appuyés dans l'élaboration de leur plan d'affaire, avant que celui-ci ne soit soumis aux IMF pour financement.

    Par ailleurs, ce même Conseil régional  s'apprête à donner la même chance aux sortants du dispositif de formation par apprentissage.

    Pour mieux comprendre le parcours de ces primo-entrepreneurs, vous trouverez ci-dessous sept portraits vidéos présentant les démarches, les réussites mais aussi les difficultés rencontrées par ces jeunes .

    Le programme MLI/022 est cofinancé par le gouvernement malien et la Coopération luxembourgeoise et mis en œuvre par LuxDev.

    ​Ambition d'un jeune couturier à Ségou


     

    Au service de la beauté à Ségou

    Au service de la beauté à Tominian

    Embouche ovine à Yorosso

    Reconversion d'un jeune routier à Ségou

    La nouvelle vie d'une ménagère à Bla

    Les débuts prometteurs d'un jeune entrepreneur en menuiserie métallique

  • MALI – 1500 masques produits en 5 jours !

    Published on 29 June 2020    By Coudy DIA   FR

    Face à la pandémie de Covid19, le Mali a lancé l’initiative « un malien, un masque ». Pour répondre à cet appel le Centre de formation professionnelle (CFP) de Tominian, construit et équipé en 2013 dans le cadre du programme MLI/019, a mobilisé sa filière coupe/couture et ses fonds propres. Il a ainsi, confectionné et distribué gratuitement 1500 masques.

    Cette contribution à l’effort national a permis à 10 apprenants de la filière coupe/couture du CFP de démontrer la qualité de l’enseignement reçu puisque les 1500 masques ont été produits en 5 jours seulement !

    Cette belle initiative s’est clôturée le 1er juin 2020 par une cérémonie de remise des masques au profit d’une vingtaine d’administrations publiques et d’organisations privées, présidée par le Sous-Préfet central du cercle de Tominian, Monsieur Seydou Traoré.

    Par ailleurs, LuxDev n’a pas été en reste puisque son équipe en place à Ségou a également bénéficié de cette généreuse initiative.

    Le Programme d’appui à la formation et à l’lnsertion professionnelles, MLI/019 dont l’exécution à eu lieu de 2008 à 2015, avait été financé par la Coopération luxembourgeoise et mis en œuvre par LuxDev.

  • MALI - Visite du ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle du Mali au Luxembourg

    Published on 11 November 2019    By Coudy DIA   FR

    Les 10 et 11 octobre 2019, le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle du Mali, maître Jean-Claude Sidibé, et sa délégation composée de son conseiller technique en charge de la formation professionnelle, de la directrice nationale de la Formation professionnelle, du directeur du Fonds d’appui à la formation par apprentissage et du président de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali, se sont rendus en Suisse et à Luxembourg pour une visite d’études.

    La visite avait pour objectif de découvrir les systèmes de formation professionnelle des deux pays et d’en visiter les dispositifs, afin de tirer des enseignements susceptibles d’aider le Mali à développer ce secteur.

    Les visites de terrain organisées à Luxembourg ont ainsi permis d’aborder plusieurs thématiques telles que :

    • l’organisation de la formation professionnelle ;
    • le financement de la formation professionnelle continue ;
    • la certification ; et
    • les partenariats public-privé.

    En ce qui concerne l’organisation de la formation professionnelle, la mission a eu l’occasion de s’entretenir avec monsieur le ministre de l’Éducation nationale, de l’Enfance, de la Jeunesse, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Claude Meisch et sa directrice de la Formation professionnelle, madame Véronique Schaber. Cet entretien a été suivi de visites au lycée technique du Centre et au Talent Hub du lycée des Arts et Métiers.

    Pour ce qui est du financement de la formation professionnelle continue, de la certification et des partenariats public-privé, la mission a bénéficié d’échanges avec les responsables de l’Institut de formation sectoriel du Bâtiment (IFSB) puis de la Chambre de commerce du Luxembourg.

    3._Presention_App_au_Talent_Hub_Lycee_Arts_et_Metiers_.jpgPrésention d'une application mobile au au Talent Hub du lycée des Arts et Métiers.

    1._Photo_de_groupe_LTC_-_visite_avec_Directrice_FP_LU_.jpgVisite au lycée technique du Centre avec madame Véronique Schaber, directrice de la Formation professionnelle au Luxembourg.

    4._Visite_IFSB_apres_reunion_.jpgVisite de de l’Institut de formation sectoriel du Bâtiment du Luxembourg

    Pour finir, une séance de travail animée par Alexis Hoyaux, expert en formation professionnelle du siège de LuxDev, s’est tenue dans les locaux de l’Agence pour évoquer les dispositifs de financement de la formation professionnelle dans différents pays du monde et tirer les premiers enseignements des rencontres et visites réalisées.

    Par ailleurs, au cours de la visite d’études, une entrevue a été organisée entre la délégation ministérielle malienne et la direction de la Coopération du ministère des Affaires étrangères et européennes du Luxembourg. Elle a été l’occasion, pour le ministre malien, de saluer la coopération entre les deux pays et de revenir sur les enjeux de la formation professionnelle au Mali dans le contexte social, politique et sécuritaire très difficile qui prévaut depuis 2012 et continue à se dégrader.

    5._Delegation_Malienne_au_MAEE_LU_.jpgDélégation malienne à la direction de la Coopération au développement et de l'action humanitaire du Luxembourg

    6._Ministre_MLI_et_Directeur_Cooperation_LU_.jpgMinistre de l’Emploi et de la Formation professionnelle du Mali, maître Jean-Claude Sidibé et le directeur de la Coopération au développement et de l'action humanitaire du Luxembourg, Manuel Tonnar.

  • MALI - Une grande opération de certificationL’examen de fin d’apprentissage de jeunes apprentis de la région de Ségou

    Published on 24 June 2019    By Joel SIMONNET   FR

    Une importante opération de certification de jeunes issus de l’apprentissage tutoral a eu lieu entre novembre 2018 et avril 2019. Le Conseil régional de Ségou, épaulé par les chambres consulaires (Chambre d’agriculture et conférence des métiers de la région de Ségou), n’ont pas ménagé leurs efforts pour soutenir les services l’État (directions nationale et régionale de la Formation professionnelle) dans la conduite de ce chantier d’envergure qui a touché environ 6 000 apprentis.

    Screen_Shot_2019-06-24_at_10.00_.08_.png Lien vers la vidéo de suivi d'un bénéficiaire

    L'apprentissage tutoral, ou apprentissage rénové, correspond à l'apprentissage traditionnel encadré par un maître d'apprentissage. Le maître d’apprentissage est un professionnel reconnu par ses pairs et qui accueille quatre apprentis au maximum par poste de travail. Au préalable, le maître d’apprentissage reçoit des formations en pédagogie et en méthodes d'évaluation dispensées par les formateurs de l’Institut national d’ingénierie de la formation professionnelle. Il reçoit également le programme de formation à dispenser aux apprentis. Son rôle est de leur transmettre ses compétences et ses savoirs-faire de façon pédagogique. La performance du maître d’apprentissage est suivie par la chambre consulaire à laquelle il appartient et son titre est validé par la Validation des acquis de l'expérience.

    35 métiers ont été visés par cette opération de certification : 10 du secteur de l’agriculture (producteur de riz, producteur de fonio, producteur de sésame, producteur de semences, maraîcher, emboucheur, pisciculteur, aviculteur, apiculteur et arboriculteur) et 25 métiers connexes à la production agricole et appartenant au secteur de l’artisanat (constructeur métallique, menuisier bois ou métallique, transformateur agro-alimentaire, mécanicien, plombier, électricien, installateur photovoltaïque etc.).

    Picture4.jpg

    Une apprentie en formation professionnelle chez un maître artisan

    Picture1.jpg

    Un candidat passe son examen

    Dans chaque cercle de la région, des centres d’examen ont été sollicités afin d’accueillir les membres du jury, composés de deux maîtres artisans et d’un formateur qui ont conçu les grilles individuelles d’évaluation en amont, et les apprentis à évaluer. Les jurés ont fait passer les épreuves aux apprentis sous le regard des services de l’État garant de l’authenticité des évaluations et du niveau de maiîtrise des apprentis (compétences et technicité acquises).

    Le taux de participation des apprentis aux épreuves a été de plus de 90 %. Ce taux prend en compte  les 2 000 apprentis du programme précédent de formation et d’insertion professionnelle mis en œuvre par LuxDev dans le cadre du PIC II (MLI/019 – Programme d’appui à la formation et l’insertion professionnelles) qui n’avaient pu, à l’époque, passer leur examen de fin d’apprentissage et les 4 000 apprents mis en formation dans le cadre du programme Formation et insertion professionnelle (MLI/022) et qui ont achevé en 2018 leur cycle de 12 mois de formation. Le taux de réussite a été d’environ 80 %, ce qui est satisfaisant. Tous attendent aujourd’hui de recevoir leur certificat de qualification professionnelle qui est le résultat de leur apprentissage constructif. 

    Picture2.jpg

    Un candidat passe un examen pratique en apiculture

    Picture3.jpg

    Un examen pratique sur la pisciculture

    Certains apprentis vont continuer l’acquisition de compétences dans des métiers adjacents aux leurs et se tourner vers la formation continue offerte par le Fonds d’appui de la formation professionnelle et de l’apprentissage.  D’autres, qui envisagent de développer leur propore activité économique (auto-emploi), vont se tourner vers l’Agence de la promotion de l’emploi des jeunes qui va les soutenir et les accompagner dans l’élaboration de leurs plans d’affaires puis de leur installation.

    Avec la promotion de l’apprentissage tutoral, la région de Ségou peut compter sur une main d’œuvre agricole et artisanale forte qui porte en avant le développement des communautés rurales.

    Picture5.jpg

    Le jury écoute le candidat dans le champs

  • MALI – Inauguration de nouveaux locaux à Ségou

    Published on 16 October 2018    By Fenke ELSKAMP   FR

    Lundi 10 septembre, de nouveaux bureaux ont été inaugurés à Ségou.

    Patrick.jpeg

    LuxDev entretenant des relations de travail étroites depuis de nombreuses années avec le Conseil régional de Ségou, ce n’est pas un hasard si les nouveaux bâtiments ont été édifiés dans l’enceinte de ce même Conseil régional.

    Aussi, la trentaine de collaborateurs opérant sur les trois programmes en cours, à savoir « Développement rural et sécurité alimentaire » (MLI/021), « Formation et insertion professionnelle » (MLI/022) et « Décentralisation et bonne gouvernance » (MLI/023), sont désormais basés à proximité immédiate du Conseil régional et regroupés dans un seul et même lieu.

    Batiment.jpeg

    Dans son allocution, M. Fischbach, le représentant de l’ambassade du Luxembourg, a rappelé que cela fait 20 ans que les gouvernements du Mali et du Luxembourg ont décidé de travailler ensemble, dans un partenariat visant le développement et le bien-être socio-économique des populations du Mali. La longévité de ce partenariat témoigne de la volonté du Luxembourg de s’engager sur du long terme.

    M. Fischbach a d’ailleurs profité de l’occasion pour confirmer que l’ambition du Luxembourg reste d’agir en étroite collaboration avec ses partenaires et de se présenter comme un interlocuteur de confiance à tous les niveaux.

    Qui plus est, l’importance que le Luxembourg attache au Mali est mise en évidence par l’investissement de près de 41 milliards de Francs CFA (62,5 millions EUR) dans le cadre du troisième Programme indicatif de coopération.

    Le gouverneur a, quant à lui, exprimé dans son discours, sa satisfaction sur la collaboration avec le Luxembourg. Il a qualifié les nouveaux bâtiments de "joyau architectural de qualité, construit dans le respect des normes en matière de génie civil".

    De plus, il a rappelé que la réalisation de ces infrastructures s’inscrit dans l’objectif de renforcer les capacités du Conseil régional de Ségou tout en permettant à court terme d’abriter les équipes techniques des programmes.

    Le gouverneur a ensuite conclut en encourageant les parties présentes à poursuivre dans la voie de la dynamique enclenchée.