Intranet access
Connect with Google Log in
Or

If you don't have a LuxDev email account




I forgot my password

Help

SEN/031
Health and social protection

Information

Country
Senegal
LuxDev's country office
Senegal Office

Sector
Health
PIC 4
2018 - 2022

Implementation period
October 2018 - June 2024
Total duration
69 months

Total budget
42,610,000 EUR
Contribution breakdown
  • Luxembourg Government
    35,010,000 EUR
  • Autres bailleurs
    5,000,000 EUR
  • Contribution nationale (engagement soumis annuellement au vote de la Loi de Finances)
    2,600,000 EUR

Leaflets

Documentation

Mid-term evaluation

In support of the national sectoral policy, the Health and Social Protection programme (SEN/031) aims to strengthen the health and social protection system in order to improve the access of the population, in particular the most vulnerable, to high-quality, efficient and equitable health care services.

The programme is aligned with the priorities of the Ministry of Health and Social Action focusing in particular on maternal and child health and the consequences of the epidemiological transition. The main beneficiaries of the programme are pregnant women and women of childbearing age, new-borns, people with chronic diseases, victims of medical and surgical emergencies, and financially and socially vulnerable people.

The intervention zone of the Health and Social Protection Programme of the Senegal-Luxembourg Indicative Cooperation Programme IV covers seven medical regions with a population of approximately 6.9 million Senegalese, i.e. 45% of the Senegalese population.

The programme's interventions focus on four major areas:

  • Strengthening the provision of services at the level of health districts, with a focus on maternal and neonatal health;
  • Strengthening the supply of services at hospital level to improve access to emergency and referral services;
  • Strengthening health insurance and other social protection measures;
  • Improving sectoral governance.

In line with these areas of intervention, the main priorities of the programme are to:

  • strengthen the systems for dealing with emergencies and non-communicable diseases;
  • contribute to the professionalisation and expansion of mutual health organisations; and
  • strengthen the steering, coordination and management capacities of the national health development plan.

The programme is implemented through:

  • budgeted aid, an instrument already developed in the previous cooperation programme within the framework of national execution;  
  • operational partnership agreements; and
  • direct LuxDev implementation for the mobilisation of expertise, capacity building and partnerships developed with civil society.

Among the main intermediate results achieved, we can mention:

  • setting up the medical simulation training centre in emergency care in Dakar;
  • setting up call reception and regulation centres in Kaolack and Touba/Diourbel (which are regional branches of the emergency medical services);
  • setting up mobile emergency and resuscitation services (granting of 18 medicalised ambulances);
  • upgrading the equipment of call reception and regulation centres, resuscitation and emergency services in hospitals and health centres;
  • updating and disseminating emergency care protocols in health facilities;
  • strengthening capacities of doctors and paramedics by granting training scholarships for university diplomas in emergency medicine and anaesthesia and resuscitation;
  • providing ten mobile respirators (as part of the response to the COVID-19 pandemic); and
  • setting up two professional health insurance schemes at departmental level.

It should be noted that programme support for the Abass Ndao Hospital Centre (ANHC) in Dakar, which was not provided for in the initial technical and financial document, has been included in the actions to be carried out for a total amount of EUR 1 000 000. The ANHC was one of the first interventions of the Luxembourg Cooperation in the field of health in Senegal (from 1995).

Over the years, Luxembourg's support for the ANHC has consisted in:  

  • the supply of medical equipment essential to its proper functioning;  
  • the further training of medical staff;  
  • the setting up of a hospital maintenance service; and
  • the training of a multidisciplinary maintenance team.

The action introduced in the framework of the SEN/031 Programme provides for support to the ANHC in terms of infrastructure and equipment to strengthen the anaesthesia/resuscitation and operating theatre departments, gastroenterology, cardiology, medical imaging, odontology, ophthalmology and urology-andrology.

Latest news

  • Journée internationale de la couverture sanitaire universelle

    Published on 12 December 2023    By Marie-Françoise NGOME   FR

    Ce 12 décembre, c’est la Journée internationale de la couverture sanitaire universelle. Cette journée vise à mieux faire comprendre la nécessité de disposer de systèmes de santé solides et résilients et d’une couverture santé universelle permettant d’assurer à chacun et à chacune, partout dans le monde, l’accès à des soins de qualité et à un coût abordable.

    Permettre aux populations d’accéder plus facilement aux soins de santé en comptant sur leurs propres moyens, c’est le défi relevé par l’Agence nationale de la couverture maladie universelle du Sénégal, appuyée par le programme Santé et protection sociale mis en oeuvre par LuxDev.

    Lever la barrière financière de l’accès aux soins pour les populations défavorisées est l’une des missions que le programme a confiée au consortium d’ONG Plan International et CICODEV Afrique. Ce consortium accompagne les mutuelles départementales (UDAM) dans leurs efforts d’amélioration du membership, par le biais de la mise en place de caisses d’associations villageoises d’épargne et de crédit intégré (AVECi) et l’enrôlement des bénéficiaires. 

    Le programme a ainsi soutenu la mise en place de huit unités départementales d’assurance maladie à gestion professionnalisée - en lieu et place des mutuelles communautaires trop petites - dans les régions de Fatick, Saint-Louis et Matam, ainsi que le renforcement continu des capacités individuelles et organisationnelles de ces mutuelles.

    De nouvelles AVECi, gérées par leurs membres, ont également été créées. Constituées de groupes autonomes et indépendants d’environ 30 personnes qui épargnent ensemble et font de petits emprunts à partir de ces épargnes, ces associations constituent un cadre pour renforcer le pouvoir économique des jeunes, des femmes et des groupes vulnérables et faciliter une meilleure prise en charge de leurs besoins de santé.

    Réunion de membres de l'AVECi de Barkaël

    La diffusion de spots sur les radios communautaires et rurales ainsi que des stratégies itinérantes de communication et de sensibilisation au cœur des villages ont permis d’améliorer les taux d’adhésion et de fidélisation des membres aux mutuelles.

    Grâce à la départementalisation des mutuelles et au maillage plus important des AVECi, l’évolution des adhésions est très encourageante. En fin de première phase de sensibilisation en juillet 2022, l’UDAM de Fatick comptait 102 caisses assurantielles et 6 927 personnes enrôlées, contre 179 caisses et 13 487 adhérents en novembre 2023. Il en va de même pour l’UDAM de Foundiougne dont la progression est marquante : de 42 caisses et 4 486 adhérents en 2022 à 66 caisses et 6 943 personnes enrôlées fin 2023. L’offre y a également été élargie en intégrant les évacuations sanitaires d’urgence grâce à une convention avec le SAMU de Kaolack et en ouvrant un nouveau guichet sur l’île de Niodior (Sine-Saloum) pour rapprocher l’UDAM des mutualistes de ces zones insulaires extrêmement enclavées.

    Seynabou SÈNE

    Seynabou SÈNE, femme leader dans sa communauté et secrétaire de l’AVECi du village de Barkaël, près de Gossas, témoigne : « L’adhésion à l’AVECi et, par conséquent, à l’UDAM, présente plusieurs avantages. Le plus évident est que nous avons développé une capacité d’épargne de 1 000 FCFA par semaine. De plus, nous avons désormais plus de facilité d’accès aux soins. Auparavant, sans carte de membre, les coûts de prise en charge étaient très élevés. Récemment, mon enfant est tombé malade et j’ai uniquement dépensé 1 500 FCFA pour couvrir les frais de la prise en charge, alors que l’année dernière, avant adhésion, ces frais s’élevaient à 10 000 FCFA. Je suis désormais beaucoup plus rassurée quant à de futures urgences, à la prise en charge grâce à la couverture médicale et au fait que la facture est beaucoup moins élevée. Le troisième aspect positif est davantage un bénéfice personnel, en termes de reconnaissance et de remerciement de la part des femmes du village ».  

    L’expérience va se poursuivre jusqu’à la fin du programme pour encore accroître le nombre de bénéficiaires de la couverture santé, toujours en s’appuyant sur les dispositifs pensés et portés par les communautés elles-mêmes. 

    Le programme SEN/031 - Santé et protection sociale est cofinancé par le Grand-Duché du Luxembourg et le Sénégal, et mis en oeuvre par LuxDev, l'agence luxembourgeoise pour la Coopération au développement.

  • SÉNÉGAL - Manger mieux pour être en bonne santé !

    Published on 20 September 2023    By Marie-Françoise NGOME   FR

    29,8 % des adultes sénégalais sont hypertendus, 3,4 % sont diabétiques, 22,1 % (dont 30,3 % de femmes) sont en surpoids, 6,2 % sont obèses et 19 % sont sédentaires (source : enquête STEPS, 2015). Ces chiffres alarmants ont conduit le ministère sénégalais de la Santé et de l’Action sociale à s’investir dans la prévention des maladies non transmissibles, avec l’appui de la Coopération luxembourgeoise, dans le cadre du programme de santé et protection sociale.

    C'est ainsi que l'ONG CICODEV Afrique a été mandatée pour mener des actions de sensibilisation, de communication et de renforcement de capacités afin d'assurer un changement de comportement des populations et ainsi lutter contre les maladies non transmissibles, dont le diabète et l’hypertension artérielle, et certains facteurs de risques liés à une mauvaise alimentaire.

    Un livret de recettes locales et saines

    Pour atteindre cet objectif, un livret de recettes de cuisine, qui a pour slogan « une cuisine différente, variée, équilibrée et accessible », a été conçu. Le but : proposer aux ménages sénégalais des recettes à base de produits locaux, mais également, prodiguer des conseils appropriés sur la composition et les modes de cuisson des repas.

    Ce livret de 20 recettes salées et sucrées a été élaboré avec l’aide du chef cuisinier et influenceur sénégalais Ibrahima Ndoye, ainsi que de nombreux experts de la nutrition et de médecins spécialistes (cardiologues, diabétologues, néphrologues, etc.), sous le lead de la Division de la lutte contre les maladies non transmissibles.

    Un livret présenté à la presse et à l'opinion publique lors d'une cérémonie

    Le 14 septembre dernier, le livret a fait l'objet d’une cérémonie de présentation auprès de l’opinion publique sénégalaise. L’occasion d’expliquer aux nombreux participants et à la presse en quoi consiste une alimentation saine et équilibrée et pourquoi il est important d’adopter une alimentation moins salée, moins sucrée et moins grasse.

    Les participants ont particulièrement apprécié la séance de dégustation menée par le chef cuisinier et les relais communautaires des départements de Dagana (région de Saint-Louis) et de Diofior (région de Fatick), venues représenter les organisations communautaires de base bénéficiaires des sessions de sensibilisation aux maladies non transmissibles.

    La cérémonie a connu un grand succès et a suscité l’espoir que le plus grand nombre, à travers le pays, adopte une alimentation saine et équilibrée !

    Le programme SEN/031 - Santé et protection sociale est cofinancé par le Grand-Duché du Luxembourg et le Sénégal, et mis en oeuvre par LuxDev, l'agence luxembourgeoise pour la Coopération au développement.

  • World First Aid

    Published on 9 September 2023    By Stéphanie LIBUTTI   FR EN

    Emergencies occur unexpectedly, worry the victim and those around him, and may require medical or surgical treatment in a very short space of time. The right first aid reflexes can make the difference between life and death.

    In Senegal, staff working in emergency departments and the general public are not sufficiently equipped to deal with certain emergency situations. What's more, it's not ethical for a learner to practise learning techniques on people in life-threatening emergency situations.

    A simulation-based learning centre for training

    With the intention of finding a pedagogical means of improving technical and behavioural skills in a safe environment, the Luxembourg Cooperation, through the SEN/031 programme - Health and social protection implemented by LuxDev, has supported the setting up of a medical simulation learning centre within the National Emergency Medical Service (SAMU) in Dakar.

    Training in basic and advanced first aid techniques is provided for several socio-professional categories from different sectors (healthcare staff, students, institutions, including LuxDev). A total of 900 people has been trained since the centre opened in 2021. 

    The centre has also recently been expanded to include high-fidelity simulation mannequins for gynaecology and obstetrics, paediatrics and traumatology.

    A range of benefits for trainees

    Simulation-based learning enables trainees to :

    • be operational in emergency situations without being dangerous, and deal with all clinical situations, both routine and exceptional, without stress;
    • train in multidisciplinary teams and learn to communicate;
    • self-evaluation; and
    • manage crisis situations.

    The aim of simulation training is simple: never put your hands on a patient for the first time!

  • SENEGAL - Broadcast of 1515 Ratanga, mini-series on emergency management and prevention of non-communicable diseases

    Published on 16 February 2023    By Jeanne RENAULD   FR EN

    From 13 February, the new educational entertainment mini-series "1515 Ratanga" will will be broadcast in Senegal.

    Produced by KEEWU Productions and RAES, directed by Eric Berger and written by the pool of scriptwriters led by Marianne Paulot, the mini-series 1515 Ratanga was financed by the SEN/031 - Health and Social Protection programme as part of the support provided to the national SAMU for the promotion of the 1515 number and to the Direction de la lutte contre la maladie for the prevention of non-communicable diseases (type 2 diabetes, hypertension and cervix cancer). It is the result of a collaboration between the Senegalese Ministry of Health and Social Action, the Luxembourg Cooperation, the national SAMU, Plan International, CICODEV Africa and RAES.

    1515 Ratanga is a spin-off of the successful series "C'est la vie! It features the famous characters of the series such as JP, Assitan, Dr Moulaye, and Korsa.

    Composed of ten episodes of about ten minutes each, the mini-series relates the daily life of a committed and dedicated team of the national SAMU when faced with emergencies. It also deals with the risky behaviours that lead to diabetes and high blood pressure, which many people do not pay attention to on a daily basis.

    Through its realistic and striking storylines and engaging characters, the mini-series 1515 Ratanga aims to :

    • inform about the existence of the national SAMU, its service offer in emergency management and its functioning;
    • inform about the emergency cases that require the use of the SAMU services;
    • inform on hypertension and diabetes;
    • Inform about the consequences of these diseases;
    • encourage discussion on the risk behaviours that promote diabetes and high blood pressure;
    • promote good practices in terms of nutrition and physical activity.

    The ten episodes are broadcast on 2STV from Monday 13 February to Friday 17 March 2023:

    • an episode every Monday and Friday at 8.30pm;
    • a debate set on emergency management through the SAMU 1515 in the middle of the broadcast;
    • a debate on the prevention of non-communicable diseases at the end of the broadcast.

    The series is also broadcast, in Wolof and French, every Tuesday on the C'est la vie! Facebook page and every Wednesday on its YouTube channel

    The SEN/031 programme is co-financed by the Grand Duchy of Luxembourg and Senegal, and implemented by LuxDev, the Luxembourg Development Cooperation Agency.

  • SÉNÉGAL - Inauguration du centre de simulation médicale en soins et gestes d’urgence au siège du SAMU national

    Published on 5 May 2021    By Caroline de Boisset   FR

    C’est dans des salles spécialement aménagées dans les nouveaux bâtiments du SAMU national de Dakar qu’a été inauguré le Centre de simulation médicale en soins et gestes d’urgence du SAMU national. Ce centre permettra de former efficacement les générations actuelles et futures de médecins et le personnel paramédical aux soins et gestes qui sauvent.

    Ce centre de simulation, financé par la Coopération Sénégal-Luxembourg à hauteur de 344 Mio de Francs CFA (525 000 EUR) dispensera des formations d’ordres divers : réanimation cardiopulmonaire, anesthésie, échographie d’urgence, réanimation pédiatrique et néonatale, trauma, secourisme de base et avancé, situations critiques au bloc opératoire, pose des voies veineuses chez l’adulte et en pédiatrie, etc.

    Une démarche pédagogique innovante

    Le Centre de simulation médicale en soins et gestes d’urgence du SAMU national s’inscrit dans une démarche innovante de transfert de compétences. Avec un matériel technique visant à reproduire des situations d’urgences réelles, les apprenants seront confrontés à des problématiques proches de celles qu’ils auront à traiter sur le terrain et en même temps s’accorder avec les exigences éthiques de leur formation. Au total, 250 à 300 personnes pourront être formées chaque semaine dans ce centre de formation par simulation médicale aux soins et gestes d’urgence. Il est à noter que certains équipements de haute technologie déployés dans ce centre pourront également permettre la réalisation de formations mobiles en région, indépendamment des formations en présentiel et en visio-formation. Ce centre est une première au Sénégal et constitue un progrès remarquable au service de la qualité de la prise en charge, non seulement des urgences mais également pour la formation des professionnels de santé.

    L’enseignement sur simulateurs et la méthode pédagogique

    Les simulateurs sont des mannequins très perfectionnés munis de capteurs qui permettent de reproduire différentes réalités médicales et de soins. Les mannequins autorisent le déroulement de scénarios multiples, et à la demande, pour entrainer des équipes médicales ou de soins. Le Centre de simulation est équipé de matériels audio-visuels d’enregistrement qui facilitent la conduite des scénarios. Les scénarios sont débriefés dans des espaces adaptés. Le débriefing est l’aboutissement du scénario, il permet de prendre conscience de ses forces et faiblesses, il est le gage de l’amélioration de la qualité des gestes, des soins et de l’esprit d’équipe.

    À l’occasion de cette inauguration la Coopération Sénégal-Luxembourg a également remis au SAMU national les clés de six ambulances dont quatre « tout-terrain » pour les régions de Diourbel et de Touba. 

    Des médecins réanimateurs s’entraînent avec le matériel du centre de simulation médicale de soins et gestes d’urgence. © Samu National

    Régulatrice du centre de réception d’appel des urgences de Dakar. © Samu National

    Remise des clés du centre de simulation par M. Abdoulaye DIOUF SARR, ministre de la Santé et de l’Action sociale et M. Rui Fernandes, chargé d’affaires a.i. à l’ambassade du Grand-Duché́ de Luxembourg au Sénégal. © Samu National

    Les six ambulances qui seront affectées aux régions de Diourbel et Touba. © Samu National

  • SÉNÉGAL - Des respirateurs mobiles pour le SAMU

    Published on 26 June 2020    By Caroline de BOISSET   FR

    Le SAMU a réceptionné dix respirateurs artificiels pour faire face à la crise du Covid-19. Cette commande a été réalisée dans le cadre de la Coopération Sénégal - Luxembourg. Le matériel sera utilisé dans les différents épicentres de l’épidémie.

    Dix respirateurs artificiels mobiles ont été remis le jeudi 18 juin 2020 au SAMU. Les bénéficiaires directs du matériel sont les services d’urgence des régions de Saint-Louis, Diourbel, Fatick, Kaolack et Matam.

    « C’est la fin d’un long périple pour ce matériel commandé par la Coopération Sénégal - Luxembourg pour lutter contre la pandémie du COVID-19. Cette dotation survient à un moment crucial pour apporter au dispositif sanitaire du pays un complément essentiel pour assurer la prise en charge des cas graves » nous explique Son Excellence Nicole Bintner-Bakshian, Ambassadeur du Grand-Duché de Luxembourg à Dakar.


    Réception et remise des respirateurs à l’hôpital et au CRRA de Saint Louis

     

    Avec cette livraison, le nombre de respirateurs disponibles au Sénégal va augmenter de plus de 10 %, participant ainsi à l’amélioration de la prise en charge des urgences médicales et à la mise à niveau des plateaux techniques des services des urgences, problématiques depuis toujours au cœur de l’engagement de la Coopération Sénégal-
    Luxembourg.

    « Ces respirateurs mobiles vont améliorer de façon substantielle les conditions de prise en charge des cas graves liés au COVID-19 dans ce contexte de crise sanitaire mondiale », a déclaré Abdoulaye DIOUF SARR, le Ministre de la Santé et de l’Action sociale. Il a par ailleurs informé l’opinion de la mise à disposition, par le Luxembourg, d’un montant de 1,7 milliard de FCFA pour la riposte COVID.


    Réception et remise des respirateurs à l’hôpital et au CRRA de Saint Louis

    LA COOPÉRATION SÉNÉGAL – LUXEMBOURG PAR TEMPS DE CRISE

    Depuis 1987, le Luxembourg et le Ministère de la Santé et de l’Action sociale travaillent ensemble pour renforcer le système de santé et la prise en charge des urgences médico-chirurgicales au Sénégal. Les appuis de la Coopération continuent de se manifester en cette période de crise par des appuis techniques et financiers notamment au SAMU de Dakar mais également aux communes (34 sur la zone d’intervention) pour la fabrication et la distribution de matériel : masques, gel hydroalcoolique, lave-main etc.


    Réception et remise des respirateurs à l’hôpital et au CRRA de Saint Louis