Intranet access
Connect with Google Log in
Or

If you don't have a LuxDev email account




I forgot my password

Help

CVE/083
Renewable energies

Information

Country
Cabo Verde
LuxDev's country office
Cabo Verde Office

Sector
Renewable Energies
PIC 4
2016 - 2020

Implementation period
June 2017 - December 2021
Total duration
54 months

Total budget
5,550,000 EUR
Contribution breakdown
  • Luxembourg Government
    5,550,000 EUR

Documentation

Mid-term evaluation

Focus Assessment

For the first time, the renewable energy sub-sector is part of the priority axes of the cooperation between the Grand-Duchy of Luxembourg and Cabo Verde through the 4th Indicative Cooperation Programme (ICP). It is the third sectorial focus axis of the 4th ICP. This decision is justified by the common guidelines of Cabo Verde and Luxembourg in terms of good governance and climate mitigation.

Furthermore, the renewable energies have a legitimate importance in Cabo Verde because of the concerns regarding energy independence, improving the quality of life of the citizens and improving the competitiveness of the companies. Large investments made in the production and distribution capacity have ceased the country’s concern regarding the supply of energy. The concern has shifted to a question of sustainability of the electricity sector, access to energy in more remote locations (8% of the population lacking access to energy) and reduction of electricity tariffs for households and businesses.

In this context, the needs that motivate this intervention emerge from the country's energy policy which aims at a greater use of the renewable energies for the production of electric energy, by betting on market mechanisms that are based on the activity of the private sector and the sustainable development of the sector.

To this end, the political commitment must be translated into a transparent legal and regulatory framework, public institutions capable of rendering operational the legislation and taking responsibility for the monitoring and the evaluation of the impacts of the energy policy.

Based on the participatory work carried out during a one-year formulation phase, the overall objective of the CVE/083 programme of support to the renewable energy sector is to improve access to clean, reliable, modern and affordable energy, with a consequent increase in energy independence.

The logic of the intervention of the CVE/083 programme is based on two axes:

1st axis - Institutional support:

  • governance and capacity building;
  • dissemination of information and sectorial dialogue.

2nd axis - Support for sustainable financing.

The programme aims to improve the planning conditions for the renewable energy sector and to create a legal and regulatory framework as well as a technical and economic regulations that are beneficial and favourable to the participation of the private sector and the civil society in the energy transition.

The achievement of the results will enable the Caboverdean population to benefit from sustainable access to clean and cheaper energy, allowing a reduction of family expenses and the creation of local activities that generate jobs and income.

Latest news

  • CABO VERDE - Quand l'énergie verte se met au service du secteur de l'eau et de l'assainissementLe Luxembourg soutient la réduction des coûts de l'électricité dans le secteur de l'eau et de l'assainissement en appuyant l'introduction des énergies renouvelables

    Published on 1 October 2021    By Laura Heftrich   FR

    Les coûts de l’énergie représentent entre 50 et 60 % des dépenses des coûts entreprises des services d'eau et d'assainissement, ce qui limite les nouveaux investissements et la rentabilité des entreprises. Ces contraintes affectent le prix de l’eau et la qualité des services d’eau fournis au consommateur final.

    Le Luxembourg à travers son programme d’Appui au secteur de l’eau et assainissement (PASEA) a appuyé fortement les îles de Santiago, Fogo e Maio dans l’implémentation des énergies renouvelables. Ceci permettra aux entreprises des services d'eau et d'assainissement comme Aguabrava, Águas e Energia de Maio et Águas de Santiago de faire des gains significatifs en termes d'économies d'énergie et en devenant plus efficientes.

    Installation photovoltaique dans la station de Pompage Alvito 48 kWp, épargne: 15 814 EUR/an

    Dans le cadre de l’appui de la Coopération luxembourgeoise a l’île de Fogo à travers l’opérateur de service, Agua Brava, le programme PASEA a appuyé depuis 2016 l’installation de sept parcs photovoltaïques dans les plus grandes stations de pompage et les forages d’eau pour consommation humaine. Il est prévu que ces installations garantissent 42% d'économie d'énergie pour Agua Brava. Pendant l’année 2020, Agua Brava a pu économiser 84 000 EUR et pour l’année 2021, les économies pour Agua Brava sont estimées à 110 000 EUR.

    Installation photovoltaique dans la station de pompage Benecha 40 kWp, épargne: 8 680 EUR/an

    Les entreprises intermunicipales sont maintenant convaincues que l’efficience énergétique est primordiale pour ce secteur et elles ont prévu, avec des fonds propres et avec le soutien technique du PASEA, de continuer les initiatives qui visent à améliorer l’efficience énergétique et la réduction des coûts d’énergie pour la production et distribution d’eau.

    Les programmes Eau et assainissement, CVE/082 et Énergies renouvelables, CVE/083 sont financés par le Grand-Duché de Luxembourg et mis en œuvre par LuxDev, l’agence luxembourgeoise pour la Coopération au développement.

     

  • CABO VERDE - Brava, île durable - premières étapes de sa formulation

    Published on 15 July 2021    By Gilberto VAZ, Virginia MULAS   FR

    L’île de Brava

    Brava est la plus petite île du Cabo Verde, avec une superficie totale de 67 kilomètres carrés et 5 405 habitants , avec une tendance à diminuer de 11% jusqu'à la fin de 2030 (Institut national des statistiques - INE 2020). L'économie de l'île repose principalement sur la pêche et l'agriculture, qui sont saisonnières, et sur le commerce des biens envoyés par la diaspora. La dernière décennie a été caractérisée par un dépeuplement marquant en raison de l’émigration, le taux de la population active occupée est de 36,8 %. Par ailleurs, le taux de chômage général atteint 14,8 % et grimpe même à 46,2 % chez les jeunes (INE, 2018).

    L'approvisionnement énergétique de l'île est lié à l'activité de divers secteurs, notamment les transports, l'éducation, la santé, le tourisme, la pêche et l'agriculture. En ce sens, l'amélioration de la qualité de l'approvisionnement énergétique, l'augmentation de l'efficacité du processus de production et la réduction de ses coûts stimuleront également le développement d'autres secteurs. Ainsi, l'accent mis sur le développement des énergies renouvelables et la promotion de l'efficacité énergétique par le biais du projet Brava Sustainable Island (Brava, île durable) envisage d'apporter des avantages transversaux à la population et au pays.

    Ville de Nova Sintra, Brava 

    Brava Sustainable Island (Brava, île durable) 

    Cette initiative fait suite à une demande de soutien du gouvernement du Cabo Verde, également à la suite des objectifs de la contribution déterminée au niveau national (NDC) et les études réalisées pour la préparation du plan directeur (Master Plan) 2018-2040. Ce projet poursuit également les efforts faits à travers l’étude Cabo Verde 100% renewable : a roadmap for 2020  (Cabo Verde 100 % renouvelable : une feuille de route pour 2020) et Brava 100% renewable (Brava, 100 % renouvelable) développées entre 2012 et 2014. En ce sens, le ministère de l'Industrie, du Commerce et de l'Énergie, à travers la Direction nationale de l'industrie, du commerce et de l'énergie (DNICE), bénéficie d'un financement du gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg pour soutenir la formulation de ce projet, mis en œuvre par le Programme d'appui au secteur des énergies renouvelables (PASER).

    Mission de formulation 

    L'équipe formée par la DNICE, des techniciens du PASER et les consultants contractés pour soutenir la formulation de ce projet s'est rendue sur l'île de Brava entre le 8 et le 11 mars 2021 pour sa première mission, afin de connaître la réalité locale, recueillir des données, prendre contact avec les institutions et identifier d'autres acteurs potentiels. Cette première phase devrait aboutir avec l’élaboration de l'étude de faisabilité technique et économique du projet.

    Cette mission a permis d'effectuer des visites techniques à la centrale électrique de Favetal, aux zones de développement des énergies renouvelables éolienne et solaire, à la décharge municipale et aux sous-stations électriques (une en fonctionnement et l’autre en construction), visite à la localité de Lomba-Tantum, où se trouve le télésiège à poissons installé en raison des difficultés d'accès des pêcheurs pour le transport de la plage à la route, instrument qui a eu un impact important sur le bien-être et l’économie de la communité de la zone.  


    Ancienne route - les poissons sont retirés du télésiège à poissons

    L’équipe a mené également des réunions pour l'encadrement de la situation de l'île en termes d'approvisionnement en eau, des visites dans différentes localités, ayant le but de vérifier sur place les activités développées et de pouvoir avoir une meilleure compréhension de la dynamique de Brava. 

    Parmi d'autres aspects abordés par la mission figurent l'éclairage public, la commercialisation du poisson et son système de transport (télésiège à poissons), le stockage de l'eau, l'aéroport, la décharge municipale, les plans pour le secteur du tourisme, les Ilhéus (zones protégées), le transport inter-îles et le transport collectif urbain.

    Zone de développement des énergies renouvelables et éolienne déclassée

    Visite de la centrale électrique de Favetal

    Les contacts directs entre l'équipe de formulation, le conseil municipal de Nova Sintra, Electra (électricité), Águabrava (service d’eau) et avec les représentants des ministères de l'Environnement et de l'Agriculture, de la Santé et de l'Éducation, des associations locales et des producteurs industriels, ont été essentiels pour la recueille des informations afin d’élaborer l'étude de faisabilité technique et économique et assurer une mise en œuvre efficace du futur projet. 

    Présentation des conclusions de la mission auprès de la mairie de Nova Sintra

    Il est à souligner que la formulation du Programme indicatif de coopération - développement, climat et énergie (PIC DCE) est actuellement en cours. Le PIC DCE a été conçu comme une réponse ciblée du Luxembourg en appui aux politiques et stratégies de développement socio-économique et environnemental du Cabo Verde pour la période 2021-2025. Il s'agit pour la première fois d'une approche pangouvernementale avec l'implication de trois ministères au Luxembourg :

    • le Ministère des affaires étrangères et européennes ;
    • le ministère de l'Environnement, du Climat et du Développement durable ; et
    • le ministère de l'Énergie et de l'Aménagement du territoire.

    Le PIC DCE vise également à capitaliser les résultats et les principaux enseignements tirés de la mise en œuvre des PIC précédents.

    Le programme CVE/083 est financé par le Grand-Duché de Luxembourg et mis en œuvre par LuxDev, l’agence luxembourgeoise pour la Coopération au développement.

     

  • CABO VERDE - Le Cabo Verde dispose déjà d'un Système de gestion de l'information sur l'énergie (SGIE)

    Published on 21 June 2021    By Gilberto VAZ   FR

    Le Système de gestion des informations sur l'énergie (SGIE)

    Le pays a bénéficié d'un financement de la Coopération luxembourgeoise dans le cadre du programme d'Appui au secteur des énergies renouvelables (PASER) pour le développement et la mise en œuvre du Système de gestion de l'information sur l'énergie (SGIE), dans le cadre des activités de renforcement des capacités et des instruments de planification, de gestion et de suivi et évaluation du secteur énergétique du pays.  

    L'objectif est d'offrir en un seul point les données statistiques du secteur en fournissant des informations utiles, pour soutenir l'élaboration de politiques fondées sur des preuves, la prise de décision, le suivi et l'évaluation. L'accent est mis sur la numérisation des services publics fournis par la direction des services énergétiques, qui contribuera à l'amélioration de la capacité organisationnelle, à l'accroissement de la productivité et de l'efficacité et à l'amélioration de la communication avec les principaux acteurs du secteur énergétique et le grand public.

    Ce système comprend cinq composants :

    • Statistiques / soumission et affichage des données

    Cet outil permet la soumission, la gestion et la disponibilité des données du secteur de l'énergie. Elle facilitera le processus de soumission des données par les opérateurs sur une plateforme unique de manière intégrée, permettant la visualisation des données statistiques par différents utilisateurs et le grand public.

    • Système d'enregistrement des microproductions

    Permet l'enregistrement des microsystèmes de production d'énergie qui englobe la gestion de l'ensemble du processus, de la demande d'enregistrement à la certification en passant par la programmation des inspections. Cet outil contribuera à l'opérationnalisation du marché de la microproduction dans le pays, une avancée dans l'automatisation du processus d'enregistrement des systèmes de microproduction.

    • Registre des professionnels

    Les professionnels de l'énergie peuvent désormais s'inscrire et faire partie de la liste des professionnels rendue publique par la Direction du service de l'énergie. Cette liste peut être consultée par le public et servir de référence. 

    • Octroi de licences pour les centrales électriques

    L'ensemble du processus d'octroi de licences aux centrales électriques peut désormais être réalisé dans cet outil, qui permet la soumission de documents, le suivi de l'état d'avancement, les interactions entre le demandeur et la DNICE jusqu'à la phase finale d'octroi de la licence, ce qui rend le processus simple et rapide.

    • Législation et documentation

    Un portail d'accès à toute la documentation, aux plans, aux décrets-lois, entre autres documents sur le secteur de l'énergie, auquel le public aura accès à tout moment.

    Formation des utilisateurs et phase pilote

    Des sessions de formation ont été organisées en octobre 2020, et en novembre 2020 a eu lieu la phase de test pilote des outils qui composent cette plateforme. Dans les deux activités, des techniciens de la Direction nationale de l'industrie, du commerce et de l'énergie (DNICE) et des différentes institutions qui font partie et bénéficieront également de ce système, comme les fournisseurs de données, les entreprises d'installation de systèmes de microproduction, les inspecteurs de systèmes de microproduction, entre autres, et une partie représentative des utilisateurs finaux qui ont testé toutes les fonctionnalités du système, l'ont évalué et ont contribué à son amélioration.

    Dans le cadre des activités de commémoration de la Journée internationale de l'énergie, le 28 mai 2021, le ministère de l'Industrie, du Commerce et de l'Énergie a lancé le SGIE dans la ville de Praia avec la participation du ministre de l'Industrie, du Commerce et de l'Énergie, du Chargé d'Affaires A.I. de l'Ambassade du Luxembourg au Cabo Verde. L'événement a été suivi par plusieurs acteurs du secteur (15 participants en personne et 103 par vidéoconférence).

    Dans son discours, le ministre de l'Énergie, Alexandre Monteiro, a souligné l'importance d'une planification adéquate du secteur dans ce processus de transition énergétique et qu'il est nécessaire de disposer de données fiables et de qualité pour atteindre cet objectif. Le chargé d'affaires de l'ambassade du Luxembourg, M. Thomas Barbancey, a renforcé le soutien de la Coopération luxembourgeoise à la transition énergétique du pays, et au développement des énergies renouvelables. Il a souligné les progrès réalisés dans le secteur et s'est félicité de cette plateforme qui facilitera la prise de décision, en soulignant les gains en matière d'accès à l'électricité comme les principaux défis et la contribution à la réduction du prix de l'énergie.


    Atleir de lancement du SGIE

    Témoignage

    Ingénieur Rito Évora - Directeur national de l'industrie, du commerce et de l'énergie

    Une étape importante pour le secteur

    C'est avec une grande satisfaction que nous marquons cette étape importante lors de la Journée mondiale de l'énergie.  Nous disposons désormais d'un instrument qui facilitera notre travail et améliorera l'interaction et l'intégration des processus, en plus de permettre l'accès à une multitude de données, contribuant ainsi au renforcement du système de planification et de suivi du secteur énergétique. Nos remerciements à la Coopération luxembourgeoise qui a été une pièce maîtresse dans la mise en œuvre de notre stratégie de transition énergétique développée dans le cadre du Programme national pour la durabilité énergétique.

    Un nouveau pas vers la transition énergétique

    Le système est maintenant opérationnel et prêt à servir le secteur de l'énergie. Il jouera désormais un rôle clé dans la diffusion d'informations importantes dans le secteur et rendra les services numérisés fournis par la Direction nationale de l'industrie, du commerce et de l'énergie toujours plus rapides et efficaces.

    Il sera un instrument essentiel pour assurer une bonne gouvernance et un suivi continu du secteur, pour soutenir la prise de décision, pour permettre l'adaptation des objectifs sectoriels, ainsi que fondamental dans la collecte et la diffusion des données relatives au secteur de l'énergie, et dans le suivi continu de l'impact de la politique énergétique du pays. Un gain important pour le secteur, et pour le pays en particulier qui vise à promouvoir une transition énergétique durable.

    Le programme CVE/083 est financé par le Grand-Duché de Luxembourg et mis en œuvre par LuxDev, l’agence luxembourgeoise pour la Coopération au développement.

  • CABO VERDE : towards the issuance of green titles

    Published on 16 December 2020    By Gilberto VAZ   EN

    The training on the issuance of green bonds took place from September 15th to the 18th, via video conference, as has been the practice in times of pandemic, with 29 participants namely from the Ministry of Finance, Ministry of Environment, the Central Bank, the Stock Exchange, commercial banks and private entities, among other players in the Cabo Verde's capital market. The training aimed at briefing national institutions and private actors on general and specific aspects related to the issue of Green Bonds.

    The training covered the foreseen development of green bonds in Cabo Verde and its opportunities, sustainable finance and green titles' principles, market dynamics, information management and price labelling, analysis, certification, policies, incentives, market development and verification process for its issuance.

     

    The use of Green Bonds as an alternative financing instrument to traditional bank financing is a global trend and the issue of CV Green Bonds is a strategic step towards obtaining the necessary resources to support the achievement of the objectives established under the National Program for Sustainable Energy (PNSE). This innovative instrument could bring excellent financing benefits to the country. 

    This training session was given by the Climate Bonds Initiative (CBI) and organized by the National Directorate for Industry, Commerce and Energy in partnership with the Cabo Verde's Stock Exchange (BVC) and is part of the initiative "Development of Green Bonds of Cabo Verde", within the scope of the Program for the Support of Renewable Energy Sector (PASER), funded by the Luxembourg Cooperation. One of the main objectives of PASER is to support the reduction and mitigation of financial barriers in the Renewable Energy sector, in order to build up necessary conditions for a greater contribution from the private sector and civil society under the country’s energy transition and that the country will gain more sustainable projects financed and executed, thus contributing to achieve its national objectives. 

  • CABO VERDE - explorer de nouveaux produits de financement pour le marché d'énergies renouvelables Les institutions financières et de garantie reçoivent une formation dans les domaines technique, commercial et financier des systèmes de production d'énergie à partir de sources renouvelables

    Published on 30 March 2020    By Gilberto VAZ   FR

    En février 2020, la ville de Praia a accueilli une formation sur le financement des systèmes de production d'énergie à partir de sources renouvelables, tant pour le marché de la microproduction (petites installations) que pour la production indépendante (grandes installations).

    La formation visait à informer les professionnels du secteur bancaire et à les encourager à explorer de nouveaux produits de financement pour le marché de l'énergie, en accord avec les plans du pays pour la transition énergétique. Le Cabo Verde investit massivement dans la production d'électricité à base d'énergies renouvelables, en tirant parti du potentiel énorme que le pays possède dans les ressources éoliennes et solaires.

    Photo 1 : Photo de famille des participants à la formation

    L'objectif était d'encourager et de soutenir la création de nouveaux produits bancaires attractifs pour le secteur de la production d’énergies renouvelables, renforçant ainsi les capacités internes d'évaluation des projets d'énergie renouvelable des institutions bancaires, en profitant de l'incitation au crédit qui a été promue par l'État du Cabo Verde par la bonification du taux d'intérêt (50 %).

    Après cette formation, les institutions financières et de garantie nationales, lorsqu'elles établiront le contact avec les clients à la recherche d'un crédit pour mettre en œuvre un projet d'énergie renouvelable, seront mieux informées des terminologies techniques des systèmes, ce qui permettra une meilleure compréhension et par conséquent un meilleur suivi du processus d'évaluation et d'octroi de ces types de crédit.

    Photo 2 : Un moment de la formation

    Au niveau national, les initiatives d'investissement privé, principalement pour la micro-production photovoltaïque, ont été réalisées avec des ressources privées, car il n’y avait pas jusqu'à présent un engagement fort des banques commerciales dans l'octroi de crédits aux projets d'énergies renouvelables ni de conditions attractives. Il en va de même pour le financement des producteurs indépendants (grosses installations) qui ont mobilisé des financements sur le marché international au détriment du marché bancaire national.

    Photo 3 : Stagiaires dans la salle de formation

    Photo 4 : Remise des certificats aux stagiaires par le représentant résident de LuxDev, M. François Bary

    Cette session de formation a été organisée par la Direction nationale de l'énergie, de l'industrie et du commerce (DNICE) dans le cadre des activités du Programme d'appui au secteur des énergies renouvelables (PASER), financé par la Coopération luxembourgeoise. Elle a été organisée em collaboration avec House of Training, institution luxembourgeoise spécialisée dans la formation bancaire.

    Le PASER vise à soutenir la réduction et l'atténuation des obstacles financiers dans le secteur des énergies renouvelables, afin que les conditions nécessaires existent pour une plus grande contribution du secteur privé et de la société civile à la transition énergétique du Cabo Verde.

    Photo 5 : Remise des certificats aux diplômés par le directeur national de l'industrie, du commerce et de l'énergie, Eng. Rito Évora

    Les participants ont reconnu l'importance de cette formation en fonction des besoins du secteur et aspirent à davantage d'actions de cette nature qui contribuent à accroître l'intérêt pour ce sujet et, à l'avenir, à augmenter le financement des projets d'énergie renouvelable dans le pays.

     

    C'était une bonne formation donnée par un formateur avec beaucoup d'expérience et qui nous a permis d'échanger nos expériences. Je pense que cette formation permettra aux banques et autres institutions de microfinance du Cabo Verde d'être mieux préparées à traiter/analyser une demande de financement pour un projet privé ou commercial dans le domaine des énergies renouvelables".  

    José Carlos Teixeira, analyste du risque de crédit, Caixa Económica du Cabo Verde

     

  • CABO VERDE - Mieux évaluer les ressources pour développer des projets de parcs éoliens maîtrisant les risques

    Published on 28 February 2020    By Gilberto Vaz   FR

    Fin 2019, la ville de Praia a accueilli la formation sur l'évaluation des ressources et la modélisation des parcs éoliens pour la production d'électricité.

    Cette action, qui s'inscrit dans le cadre des activités du Programme d'appui au secteur des énergies renouvelables (PASER), financé par la Coopération luxembourgeoise, vise à développer de nouvelles compétences au bénéfice des techniciens locaux en matière d'analyse de la ressource éolienne et la prévision du rendement des parcs éoliens et ce, en utilisant des plateformes informatiques avancées.

    Le Cabo Verde est l'un des premiers pays insulaires en termes de pénétration de l'énergie éolienne dans le système électrique. Il a l'ambition de développer encore davantage la capacité installée qui est actuellement de 27,8 MW d'énergie éolienne et qui, en 2018, a produit environ 90 GWh. Le pays a été reconnu pour son potentiel d'énergie renouvelable, principalement pour l'énergie éolienne et solaire onshore (estimée à 5 000 GWh / an).

    Turbines - Parc éolien de Cabeolica Achada São Filipe Praia - Ile de Santiago

    Le potentiel d'énergie éolienne au Cabo Verde est important, mais il existe peu d'études détaillées permettant de développer des projets rentables. Le Cabo Verde a besoin de renforcer ses capacités et de disposer de connaissances et d'outils de pointe pour analyser le potentiel d’énergie éolienne et pour développer des projets de parcs éoliens en maîtrisant les risques.

    La formation dispensée par des experts de l'Université technique du Danemark (DTU) était destinée à 12 techniciens de différentes institutions : la Direction nationale de l'industrie, du commerce et de l'énergie (DNICE), le Programme de soutien au secteur des énergies renouvelables (PASER), l'Institut national de météorologie et de géophysique (INMG), le Centre pour les énergies renouvelables et la maintenance industrielle (CERMI), l'Université du Cabo Verde (UniCV), Electric Wind et Cabeólica.

    Participants pendant la formation

    Cette action visait à renforcer la capacité d'évaluation des ressources éoliennes dans les institutions nationales en proposant un cours axé sur la modélisation de la dynamique des fluides numériques (CFD) en terrain complexe. La méthodologie utilisée, outre les modules théoriques et les exercices d'études de terrain, était basée sur l'élaboration d'études de cas par différents groupes de travail. Il a ainsi été possible de travailler sur l'estimation des ressources éoliennes nationales et locales sur les sites qui disposent de mâts de mesure.

    Formateur et stagiaires au parc éolien de Cabeolica Achada São Filipe - Ilha de Santiago

    Graphique des données de la tour de mesure (gauche) à Achada Mostarda São Domingos

    Les participants ont reconnu l'importance de cette formation en accord avec les besoins du secteur aussi bien pour les institutions publiques que privées. Ils aspirent à pouvoir bénéficier d’autres actions de cette nature afin d’encourager l'utilisation des nouvelles technologies de l'information et des outils numériques pour le développement des énergies renouvelables.

     

     

    Cette formation contribuera à créer les conditions permettant l'identification, l'étude de la ressource éolienne, la modélisation pour le développement de futurs projets de parcs éoliens au Cabo Verde, en encourageant l'augmentation de la compétence des techniciens nationaux et en facilitant l'évaluation et la construction de nouveaux parcs éoliens, et par conséquent, la pénétration accrue des énergies renouvelables dans le pays. (Ariel Assunção - Directeur du service de l'énergie de Cabo Verde)

  • CABO VERDE et MADÈRE : échange d'expériences sur la mobilité électrique et la transition énergétique

    Published on 27 April 2019    By Gilberto Vaz   FR

     

    Au mois de mars 2019 des représentants de différentes institutions capverdiennes se sont rendues à Madère pour profiter de l'expérience de la Région autonome sur les thèmes de la mobilité électrique et de la transition énergétique en milieu insulaire. Cette mission a été rendue possible par le «Programme d'appui au secteur des énergies renouvelables (PASER)», financé par la coopération luxembourgeoise. En particulier il s’agit d’appuyer les efforts de matérialisation de la Politique de mobilité électrique au Cabo Verde, approuvée par le Conseil des Ministres en février 2019.

    image.png

    Photo 1: Parc éolien de Paúl da Serra

    La délégation du Cabo Verde était constituée par les membres de la Commission interinstitutionnelle pour la mobilité électrique (CIME) auxquels s’étaient joints le CERMI, l’Agence de réglementation plurisectorielle pour l’économie (ARME), les producteurs et concessionnaires de réseaux électriques, à savoir Electra et Aguas e Energia de Boa Vista.

    La CIME a été créée (Arrêté ministériel nº 58/2018) sur une base multidisciplinaire afin d’élaborer et de guider la mise en œuvre de la Politique de Mobilité électrique (ME) et de l’aligner sur les politiques énergétiques et celles relative aux secteurs de l'environnement, de la mobilité et des finances publiques. Cette commission comprend le Service de l’Energie du Ministère de l'Industrie, du Commerce et de l'Énergie, le Ministère des Finances, le Ministère de l'Administration interne, le Ministère de l'Agriculture et de l'Environnement, l'Association nationale des municipalités du Cabo Verde (ANMCV) et le PASER.

    image1.png

     Photo 2: Réunion avec la Direction régionale de l'économie et des transports (Direction des transports terrestres et des services de transport - DSTTV, Direction des services de gestion intégrée des transports et de la mobilité - DSGITM, Direction des services énergétiques - DSE)

    Les participants ont eu l’occasion de rencontrer les principales institutions qui contribuent à la promotion de la mobilité électrique sur l’île de Madère, qui compte déjà 300 véhicules 100% électriques et 12 stations de recharge. Des présentations et des réunions avec la société d'électricité de Madère (EEM), EMACON (opérateur de la station de charge), direction régionale de l'économie et des transports (DRET), ont permis de partager les opportunités et les principaux défis liés à l'adoption de la ME sur les territoires insulaires, plus particulièrement en matière de processus de gestion, d’harmonisation de l’intégration des systèmes d’énergie et de mobilité, de développement et d’exploitation des postes de recharge et d’innovation technologique pour la tarification intelligente.

    De même, il a été possible de prendre connaissance des programmes locaux d'incitation pour promouvoir l'utilisation des véhicules électriques qui participe à la durabilité énergétique à long terme de Madère. En particulier, le projet pilote «Smart Charge» 100% électrique sur l’île de Porto Santo, intégré à l’initiative «Porto Santo durable - Smart Fossil Free Island » avec l'Agence régionale de l'énergie et de l'environnement de la région autonome de Madère (AREAM) et la Société d'électricité de Madère (EEM).

    image2.png  image3.png

    Photo 3: Station de chargement de véhicules électriques de Funchal gérée par l’opérateur EMACON

    Photo 4: Véhicule de police de la sécurité publique - Porto Santo, dans le cadre du projet «Porto Santo Sustentável - Smart Fossil Free Island»

    Il convient également de mentionner la visite enrichissante à l’installation «Incinération des déchets solides urbains», qui vise la valorisation énergétique des déchets urbains, par le biais d’un processus contrôlé et automatisé qui, outre le traitement thermique des déchets, permet la production d’énergie électrique. Cette énergie produite est fournie par le groupe turbogénérateur, d’une capacité nominale de 8 MW et une partie de l’énergie produite est envoyée à l'usine de traitement des déchets solides (ETRS) pour autoconsommation, le reste étant destiné au réseau de distribution public.

    image4.png

     Photo 5 : Musée de l’électricité «Casa da Luz» de la Compagnie d'électricité de Madère (EEM)

    L'évolution technologique a permis à la mobilité électrique de devenir une alternative propre sur des îles aux ressources renouvelables abondantes. Les similitudes territoriales entre le Cabo Verde et l’archipel de Madère, les progrès réalisés dans les deux territoires et la vision commune de réduire la dépendance aux combustibles fossiles pour la durabilité environnementale, sociale et économique, ouvrent une voie importante pour l'échange d'expériences et la coopération.

     

    image6.png

    Photo 6: Visite à la Direction régionale de l'économie et des transports

    Le Cabo Verde poursuit son chemin en faveur d'une transition énergétique durable et bénéficie du soutien du programme d’appui au secteur des énergies renouvelables dans ses actions stratégiques, afin que le pays puisse atteindre les objectifs et les cibles de la mise en œuvre de sa mobilité électrique.

    image7.png

     Photo 7 : Délégation de Cabo Verde à Porto Santo

  • Le Cabo Verde est le premier pays africain à rejoindre l'Alliance pour la décarbonisation des transports (TDA)

    Published on 23 April 2019    By François Bary   FR

     

    Dans le cadre du Programme national de durabilité énergétique 2017-2021 (PNSE), le gouvernement du Cabo Verde s’est doté, avec l’appui du programme CVE/083 PASER de la coopération luxembourgeoise, d’une Politique de Mobilité électrique avec pour objectif de définir la vision stratégique et les mesures à adopter pour promouvoir et accélérer le passage à l’utilisation des véhicules électriques, en remplacement des véhicules utilisant des combustibles fossiles.

    image1.png

    En écho à cette ambition, le Cabo Verde devient le premier pays africain à rejoindre l'Alliance pour la décarbonisation des transports (TDA), une alliance mondiale de pays, de villes et d’entreprises, officiellement lancée en mai 2018 à Leipzig, à l'initiative du Portugal, de la France, des Pays-Bas et du Costa Rica. Le but est de promouvoir la décarbonisation des systèmes de transport et de mobilité et d'accélérer les actions nécessaires pour atteindre la neutralité carbone pour 2050.

    Cette adhésion permet de mieux faire connaître les objectifs du Cabo Verde, de mobiliser des partenariats pour la mise en œuvre de la mobilité électrique et de réduire en même temps les émissions de gaz à effet de serre dans les transports, ainsi que la diffusion et le partage d'expériences dans ce domaine.

    Les membres de cette alliance comprennent le Luxembourg, la Finlande, l’État américain de Californie, les villes de Rotterdam et de Lisbon ainsi que des sociétés mondiales telles que Alstom, BRISA, CEIIA, DHL, EDP, Itaipu, Michelin et le groupe PTV.

    L’Alliance TDA est présente lors des principaux sommets sur le climat qui préconisent l’accélération de la décarbonisation des transports, faisant la promotion de l’idée que la décarbonisation est techniquement réalisable, économiquement viable et offre d’importants avantages sociaux et environnementaux.

    image2.png

    La cérémonie d'adhésion du Cabo Verde à l'Alliance a eu lieu ce 17 avril à Praia. Elle a été présidée par le ministre de l'Industrie, du Commerce et de l'Énergie, Ing. Alexandre Dias Monteiro, en présence du secrétaire d'État adjoint à la Mobilité du gouvernement du Portugal, le Prof. José Gomes Mendes, président du comité directeur de la TDA. A cette occasion, l’Ambassade du Luxembourg à Praia a rappelé les raisons qui ont poussé le Grand-Duché à rejoindre cette alliance stratégique et les efforts qui sont faits au Cabo Verde par la coopération luxembourgeoise pour accélérer la transition énergétique.

    image3.png

  • CABO VERDE - Les véhicules 100 % électriques arrivent au Cabo Verde !

    Published on 20 March 2019    By Gilberto Vaz   FR

    1_-_BAnner_200-240_2_2.jpg

    Le 7 février 2019 restera marqué dans l'histoire du Cabo Verde, avec la présentation des premiers véhicules 100 % électriques du pays.

    Le plan d'action pour la mobilité électrique a ​​été élaboré dans le cadre du programme d'appui au secteur des énergies renouvelables (CVE/083), financé par la coopération du Grand-duché de Luxembourg. De même, c’est LuxDev qui a coordonné l'acquisition conjointe des sept voitures 100 % électriques destinées non seulement au ROF et aux programmes de la coopération luxembourgeoise, mais également aux concessionnaires ELECTRA et Águas de Ponta Preta (APP), à l’ECREEE (avec l’appui de l’Union européenne et de la GIZ). L’acquisition des véhicules représente une expérience pilote de mobilité électrique dans le pays.

    _MG_2310.jpg

    Photo 1 : Cérémonie publique de lancement de la politique de mobilité électrique au CERMI

    Lors de la cérémonie publique organisée au Centre pour les énergies renouvelables et la maintenance industrielle (CERMI), le gouvernement a présenté sa politique de mobilité électrique, un instrument important pour le pays, qui vise à établir une vision stratégique et à communiquer les actions principales dans une première phase de démarrage, suivie d’une seconds phase de dissémination des véhicules électriques, en assurant le développement adéquat des infrastructures nécessaires, l'adéquation de la réglementation et la fourniture de services permettant à tout citoyen ou organisation d'avoir accès à la mobilité électrique (ME).

    Le gouvernement a l'intention de faire de sa politique de ME un instrument de dialogue avec les partenaires internes et externes concernant les engagements du Cabo Verde, afin de matérialiser les objectifs du Programme national pour la durabilité énergétique et de réaliser les objectifs adoptés au niveau international dans le cadre de l’Accord de Paris.

    Cette politique prévoit la mise en œuvre d’une infrastructure nationale de recharge d’ici à 2030 et la substitution progressive, mais totale, des véhicules thermiques par des véhicules électriques dans la flotte de l'administration publique. La politique prévoit également que le pays ne dispose que de véhicules électriques dans ses routes d'ici 2050.

    _MG_2315.jpg

    Photo 2 : Présentation des véhicules

    Dans cette phase initiale, quatre stations de recharge ont été installées sur l’île de Santiago. Une station de recharge a été aussi installée à l’île de Sal où le partenaire APP est basé.  Les véhicules acquis ont une autonomie de plus de 200 km, avec une consommation de 12,6 KWh / 100 km.

    _MG_2389_1.jpg

    Photo 3 : Station de recharge

     

    viaturas.jpg

    Photos 4 : Les véhicules 100 % électriques

    Sans doutes, une étape importante est franchie pour le pays avec le soutien de la Coopération luxembourgeoise par un engagement concret en faveur de la mobilité électrique, qui en plus de promouvoir une plus grande intégration des énergies renouvelables, aspire aussi à obtenir des implications directes sur la structure organisationnelle du marché de l'énergie, induisant l'émergence de nouveaux domaines de prestation de services, ce qui nécessite un effort coordonné pour adapter le secteur à un nouveau contexte.

    _MG_2412.jpg

    Photo 4 : L'équipe de LuxDev / Programme PASER CVE/083

    C’est un pas important et novateur et inspirant pour l’Afrique qu’a posé ce petit État insulaire africain de l’Atlantique doté de grandes aspirations !        

               

     

       

  • CABO VERDE – « Petit-pays » - grand promoteur des solutions marquantes pour le marché des énergies renouvelablesConférence internationale sur les énergies renouvelables « Approfondir les connaissances sur le financement climatique dans les petits États insulaires »

    Published on 14 December 2018    By Gilberto Vaz   FR

     

    La Conférence internationale sur les énergies renouvelables, organisée par le ministère de l'Industrie, du Commerce et de l’Énergie, avec le soutien de la Coopération luxembourgeoise dans le cadre du programme d’Appui au secteur des énergies renouvelables, s'est tenue les 22 et 23 novembre derniers avec pour slogan « Approfondir les connaissances sur le financement climatique dans les petits États insulaires ».

    À l'échelle mondiale, la lutte contre le changement climatique a été l'un des principaux moteurs des investissements dans les énergies renouvelables grâce à un large éventail de financements et de technologies publics et privés disponibles.

    Pourquoi au Cabo Verde ?

    Le Cabo Verde, à l'instar d'autres petits États insulaires, présente des caractéristiques uniques d'un petit état en termes de défis d’accès aux financements, vulnérabilité environnementale, isolément, petits marchés et risques de chocs économiques externes tels que les fluctuations des prix du carburant, qui limitent la compétitivité des entreprises.

    La conférence internationale visait à créer un espace de partage des connaissances sur les mécanismes et les efforts déployés afin de mobiliser des financements climatiques et partager les enseignements tirés de la mise en œuvre de projets dans les petits États insulaires.

    Banner_ULT2.png

    L'évènement était structuré en trois panels :

    • la transition énergétique dans les petits États insulaires - approches innovantes ;
    • financement durable - initiatives internationales et instruments de réduction des risques ;
    • projets mis en œuvre avec des solutions innovantes.

    Un vrai succès !

    Avec un total de 229 participants, la conférence s’est caractérisée par la participation de représentants et entrepreneurs de différents pays tels que les Fidji, la Barbade, le Costa Rica, même le Cabo Verde, la Guinée Bissau, l’île Maurice, le Portugal et l'Allemagne, pour un total de 15 présentations.

    DiretoraPlanoMFin_CV.jpgMme Carla Cruz - Directrice nationale de la planification - ministère des Finances du Cabo Verde

    Ces deux jours d’échanges fructueux ont permis d’approfondir les connaissances sur les mécanismes de financement climatique adaptés pour soutenir les investissements dans les énergies renouvelables dans les petits États insulaires, en plus de connaitre les projets concrets d'énergie renouvelable qui ont tiré parti de mécanismes de financement innovants aux niveaux national et international.

    painel.jpgPanel « financement durable »

    foto_carregador.jpg Démonstration du poste de chargement de véhicule électrique financé par la Coopération luxembourgeoise

    Une valeur ajoutée tangible

    La conférence a permis le partage de démonstrations pratiques et de success stories de projets d’entités nationales et internationales privées, qui ont eu des résultats très positifs et qui ont certainement inspiré les autres participants. Les participants et les acteurs représentés ont sans doute bénéficié de la présentation de projets internationaux, des mécanismes de financements existants dans différents contextes, mais surtout de la proximité et des contacts établis entre les représentants de diverses institutions, tous de différents pays.

    Ce contexte a certainement été un grand catalyseur pour la création de potentiels partenariats et d’importants réseaux multi-pays.

    En seulement deux jours, il a été possible de traverser l’Atlantique avec une vague de satisfaction et un soutien vigoureux pour le financement climatique, projetant un avenir prospère et renouvelable.

    intervencoes1.jpgDébat 

    foto_participants.jpg Moment d'échange entre les participants 

    Pour plus d’information, rendez-vous sur le site Web : www.renewableenergyconference.info

    family1.jpgPhoto de famille avec les orateurs et les partenaires de l'initiative