Intranet access
Connect with Google Log in
Or

If you don't have a LuxDev email account




I forgot my password

Help

Expert ou experte en finances publiques et appui institutionnel

Informations

Référence
HR21-BKF023-L-CK3
Lieu de travail
Burkina Faso
Date de parution
04.06.2021
Date de démarrage
02.08.2021
Durée
11 mois

Comment postuler

Deadline
27.06.2021
Postuler maintenant

Contexte

Le programme Appui à la gestion durable des ressources forestières - BKF/023, s'inscrit en cohérence avec les orientations prioritaires du 3e Programme indicatif de coopération entre le Burkina Faso et le Luxembourg. Il poursuit les appuis de la Coopération luxembourgeoise à la gestion durable des ressources forestières au Burkina Faso et notamment ceux développés plus récemment dans le cadre du Programme d’appui au secteur forestier (PASF) et du projet « Inventaire forestier national II » (IFN2).

L’objectif global de ce nouvel appui est celui de la politique sectorielle en matière d’environnement, d’économie verte et de changement climatique. À savoir « assurer la protection et la valorisation durable des ressources forestières et fauniques en veillant à un environnement sain pour les populations dans une dynamique de gouvernance environnementale et de développement durable ». Avec un focus sur la gestion durable des ressources forestières non fauniques, il appuie la réalisation de quatre des cinq programmes budgétaires du ministère de l’Environnement, de l’Économie verte et du Changement climatique (MEEVCC) : la gestion durable des ressources forestières et fauniques, la gouvernance environnementale et le développement durable, l'économie verte et le changement climatique et enfin le pilotage et soutien.

La capacité de toutes les parties prenantes (État, collectivités territoriales, acteurs privés de filières et leurs organisations) à gérer durablement les ressources forestières et à les restaurer sera déterminante dans l'atteinte des objectifs. Pour cela, il est prévu de consolider voire d’améliorer les modèles de plans d’aménagement forestier, de veiller à ce que le bois commercialisé soit durable et rémunéré à son juste prix et de promouvoir les filières des produits forestiers non ligneux (PFNL). Il s'agit de relever un défi environnemental, économique et social avec l’enjeu d’équilibrer les pouvoirs entre acteurs des filières bois-énergie et PFNL. Un système de suivi environnemental fonctionnel et un dispositif de contrôle efficace doivent être mis en place sur la base d'un engagement fort de l'État. La révision de la fiscalité environnementale et de la politique de prix du bois durable doit également être engagée à partir d'une large concertation et d'une analyse prospective des grands enjeux de croissance verte et inclusive et énergétiques.

Les évolutions majeures sont l’alignement sur la programmation nationale et l'appui à la déconcentration dans trois régions. Le directeur général de la direction générale des études et des statistiques sectorielles (DGESS) est dans un rôle de coordonnateur et cosigne les dépenses avec son secrétaire administratif et financier (SAF).

L'appui à l'organisation du MEEVCC dans les différentes étapes du budget programme est un enjeu clé, de même que le renforcement du rôle des responsables de programmes budgétaires et responsables de budget opérationnel de programme (RBOP) régionaux : recherche d'efficacité et d'efficience dans la mise en œuvre des programmes budgétaires, et pour les RBOP, opérationnalisation de la déconcentration. L'appui à la fonctionnalité du suivi-évaluation (S/E) est également un enjeu clé. La valorisation et l'actualisation de la base de données d’occupation des terres (BDOT) et de l’IFN2 sont particulièrement pertinentes dans ce contexte.

Les résultats correspondent aux actions des programmes budgétaires priorisés. Ils suivent la logique d’intervention de la politique sous-sectorielle et sont complémentaires. Les bénéficiaires directs sont les populations riveraines des aires et forêts classées et des espaces de conservation, les acteurs privés et associatifs des filières forestières ligneuses et non ligneuses, les collectivités territoriales pour les interventions dans le domaine communal, ainsi que le MEEVCC, ses services techniques déconcentrés (STD), le Fonds d’intervention pour l’environnement (FIE) et l’École nationale des eaux et forêts (ENEF).

Le dispositif de mise en œuvre répond aux principes de l’approche programme. Une forte durabilité institutionnelle est ciblée en raison de l'ancrage et de l'alignement de l'appui, de l'accompagnement du transfert de compétence aux collectivités territoriales et du renforcement de leur maîtrise d'ouvrage par les STD et le FIE. L'élément principal de la durabilité sociale est l'amélioration de la gouvernance des filières forestières devant impacter toute une frange marginalisée de la population, et les consommateurs dans les grands centres urbains (bois-énergie).

D'une durée de 48 mois, dont 42 mois pour l’exécution et la clôture par le MEEVCC et six mois pour la clôture administrative par LuxDev, et d'un montant de 17 000 000 EUR pour la contribution luxembourgeoise et de 1 689 219 EUR pour la contribution nationale, l'appui intervient sur l'ensemble du territoire, tout en privilégiant dans un premier temps une concentration des appuis aux STD des régions des Hauts-Bassins, du Centre-Ouest et de l'Est. Les régions dans lesquelles le FIE intervient prioritairement sont également touchées.

En cohérence avec la nouvelle réglementation générale des projets et programmes de développement au Burkina Faso, l’appui est classé en catégorie 1 et exécuté sous la responsabilité du MEEVCC. Il est rattaché au niveau du programme budgétaire « Pilotage et soutien » de ce ministère.

Le dispositif d'assistance technique accompagne les principales structures actrices et cibles de l'appui avec un mandat fort de renforcement de capacité sur l'ensemble de leurs missions. Il est composé de trois experts internationaux et de trois experts nationaux :

  • un expert international en finances publiques et appui institutionnel basé à Ouagadougou ;
  • un expert forestier international basé à Ouagadougou en appui aux structures centrales, à la Direction régionale de l’Environnement, de l’Économie verte et du Changement climatique (DREEVCC) de l’Est et au FIE ;
  • un expert forestier international basé à Bobo-Dioulasso en appui aux DREEVCC des régions du Centre-Ouest et des Hauts-Bassins ;
  • trois experts forestiers nationaux basés auprès des DREEVCC de l’Est, du Centre-Ouest et des Hauts-Bassins.

La présente annonce concerne le recrutement de l’expert international ou l'experte internationale en finances publiques et appui institutionnel à Ouagadougou.

Objectifs de la mission

Le BKF/023 fait suite à l’appui luxembourgeois au PASF. Comme le PASF, il est mis en œuvre en exécution nationale en s’alignant sur les processus de planification, de programmation, d’exécution, de suivi-évaluation, de reporting et de pilotage du MEEVCC. Il s’aligne également sur les procédures nationales, tout en restant séparé du circuit de la dépense publique.

La stratégie d’intervention est d’accompagner et de renforcer le MEEVCC pour mettre en œuvre sa politique et les programmes budgétaires relatifs à la gestion des ressources forestières. Ce renforcement doit être structurant c'est-à-dire renforcer les bases des fonctions stratégiques, à savoir :

  • la coordination du secteur forestier ;
  • le cadre de programmation budgétaire ;
  • l’exécution administrative et financière ;
  • l’exécution technique ;
  • le suivi-évaluation incluant les systèmes sectoriels d’information.

Dans ce sens, l’expert ou l'experte aura pour but de renforcer les capacités du MEEVCC concernant l’approche sectorielle, la réforme des finances publiques et la gestion administrative et financière. Il s’agira de contribuer au renforcement des outils et des ressources humaines afin de faciliter l’orientation et le pilotage du secteur forestier au Burkina Faso.

Responsabilités

L’expert ou l'experte aura un rôle d’accompagnement, de facilitation, mais également d’appui technique et de contrôle auprès des directions du MEEVCC qu’il appuie. Sa principale fonction sera de contribuer au renforcement des capacités et au transfert de compétences et d'appuyer tout particulièrement la DGESS dans ses missions d'implantation de la réforme des finances publiques. L’expert ou l'experte appuiera de manière générale l’unité de gestion pour la définition et la mise en œuvre des procédures administratives et financières et le suivi de l’exécution des crédits. Il ou elle n'aura pas de mandat de gestion financière, mais il appuiera le coordonnateur (DGESS) dans ce domaine, et aura mandat d'avis sur les engagements émis (TdR) par les RPB. L’expert ou l'experte participera directement à la gestion du BKF/023 et aura pour responsabilité d’établir, en relation avec la coordination du programme, des autorisations préalables de dépenses, conformément aux plans de travail annuels.

Qualifications

  • spécialiste en appui institutionnel et à la gestion administrative et financière (diplôme universitaire / Bac+5, en économie, économie du développement, finances publiques ou autre diplôme ou expérience équivalents) ;
  • expérience d'au moins 10 ans d'assistance technique en appuis institutionnels, et d'une connaissance avérée de la mise en œuvre des réformes de l'UEMOA en matière de finances publiques et des outils informatiques liés ;
  • bonne expérience en gestion administrative et financière, en planification et programmation, en suivi-évaluation, reporting et pilotage, en gestion des ressources humaines ;
  • bonne expérience et pratique avérée du transfert de savoir-faire et du coaching ;
  • bonne connaissance du contexte de l'Afrique francophone et des pays sahéliens, et notamment des questions liées à la déconcentration des services publiques et à la décentralisation.

La fin du contrat est prévue au 30 juin 2022 mais il pourra être prolongé en fonction de l'évolution du programme.

80 caractères max. 80 caractères max.
Ex: 31.12.1999 ou 31/12/1999

Ex: +123 456 789
30 caractères max.
150 caractères max.
200 caractères max.

Taille maximum 5.0 Mo
Type de fichier souhaité: pdf
Types de fichier acceptés : pdf, doc, docx
Taille maximum 5.0 Mo
Type de fichier souhaité: pdf
Types de fichier acceptés : pdf, doc, docx

300 caractères max.

80 caractères max.

 

Charte sur la Protection des Données

En soumettant ce formulaire



• j’accepte que les informations saisies dans ce formulaire soient traitées et
utilisées dans le cadre du processus de recrutement ;



• j’accepte que ces informations soient utilisées pour me contacter aux fins du recrutement pour lequel je soumets ma candidature;



• j’accepte que ces informations soient conservées dans un délai d’un an à compter de la fin du processus de recrutement.



Je suis informé que Lux-Development met en place tous moyens aptes à assurer la confidentialité et la sécurité de mes données personnelles, de manière à empêcher leur endommagement, effacement ou accès par des tiers non autorisés.



Je peux à tout moment demander à ce que mes informations soient supprimées ou
modifiées en contactant le département Recrutement de Lux-Development.